Alors c’est sûr que l’aéroport de Lille-Lesquin n’a pas l’allure d’un Bruxelles-Zaventem ou d’un Paris-Charles-de-Gaulle. Mais il ne faut pas croire non plus que le hub manque d’offres. Petit à petit, les destinations à bas prix font leur apparition, notamment grâce à l’arrivée de spécialistes du secteur, comme Easy Jet.
Petite clarification pour commencer : cinquante-cinq destinations sont accessibles depuis Lesquin. Mais ne rêvons pas : pour aller à Fuerteventura ou Rhodes, il faut passer par des agences de voyage qui proposent des solutions transport et logement pas des plus économiques. Pour les fauchés qui ont le goût du voyage, le choix se réduit mais reste alléchant.

Pour commencer par la France, il est assez simple d’aller par exemple à Bordeaux, Lyon ou Marseille grâce à Easy Jet ou Ryan Air. Les prix varient bien sûr en fonction de la date à laquelle la réservation est faite, mais restent très bas. La règle d’or étant évidemment de les prendre le plus longtemps à l’avance.

De Lesquin, on peut facilement toucher Europe. Oubliez Londres (on a l’Eurostar pour ça, de toute façon) ou Berlin, n’essayez pas d’aller à Madrid, mais laissez-vous plutôt tenter par Milan, Lisbonne ou Porto, qui ne sont pas les pires villes du continent, loin de là et dont les compagnies lowcost se sont emparées.  A partir du mois de juin, l’offre s’étoffera encore un peu, avec l’ouverture par Easy Jet de lignes vers Faro, Venise, Naples, Nantes et Biarritz.
Italie, Portugal, ou du sud de la France ? A vous de voir. Et de profiter de l’avantage majeur de l’aéroport de Lesquin : on évite les bouchons monstres du ring de Bruxelles qui mène à l’aéroport de Zaventem, et ça, c’est un luxe que tout le monde, fauché ou non, a le droit de se payer.

  •  
  •  
  •