Pas super chaud à l’idée de rentrer seul de Solfé à 4 heures du mat’? Normal, c’est pas l’idée du siècle. La fédération des associations étudiants de Lille (FAEL) lance une grande enquête pour savoir à quel point les étudiants souffrent d’insécurité la nuit. 

Le message sur la page Facebook de la fédération est clair : “Harcèlement de rue, agressions, il est temps d’établir un vrai diagnostic terrain afin que nous puissions porter des propositions claires et faire bouger les choses !” L’enquête en ligne propose de sonder la vie nocturne lilloise pour comprendre mieux les habitudes des étudiants et amener des réponses claires aux problèmes d’insécurité qui rythment plusieurs nuits par semaine.

Le questionnaire interroge sur son lieu d’étude, d’habitation puis rentre dans le dur rapidement : on y renseigne où on sort, combien de fois par semaine, ce qu’on y fait (cinéma, restaurant, bar, discothèque…) et par quel moyens de transport on s’y rend, seul ou accompagné.

Vient le chapitre sur l’insécurité. A quel point nous sommes nous sentis en insécurité dans les quartiers où l’on fait la fête, a-t-on déjà été interpellé verbalement, ou agressé physiquement… Dépôt de plainte, main courante, votre avis sur la présence policière, l’éclairage public, la vidéosurveillance, transports en commun… Tout est passé au crible pour mieux cerner ce qui pêche dans les quartiers où la grande majorité des étudiants se donne rendez-vous pour s’enjailler.

Puis le questionnaire nous demande notre avis sur une ligne de bus imaginée par le FAEL qui desservirait les hauts lieux de la nuit : Wazemmes, Gambetta, République, Massena, Vauban, en finissant la boucle par Cormontaigne et Montebello. Et c’est là l’objectif de ce questionnaire : fournir une solution de transport pour que les étudiants puissent rentrer chez eux en sécurité, sans avoir à marcher trop longtemps.

Pour répondre à l’enquête, c’est juste . La page Facebook de la fédération ici.

  •  
  •  
  •