Si on le croisait dans la rue, on ne penserait pas une seconde que Zacharie Bodson passe ses petits matins (de 5 heures à 7 heures) à coller des affiches représentant Jack Nicholson (époque The Shining) tenant la tête coupée de certains candidats à l’élection présidentielle. Rencontre avec un jeune artiste dont le talent n’a d’égal que sa désillusion du monde politique.

Petite chemise propre sous un blaser bleu, lunettes vissées sur le nez, coupe de cheveux maîtrisée… Zachary Bodson, 19 ans, étudiant en histoire de l’art et archéologie, n’a rien du street artist tel qu’on se le représente. La révolte, elle est dans ce qu’il colle sur les murs de la ville. Ses tableaux encadrés représentant Jack Nicholson tenant des têtes d’hommes politiques sont visibles un peu partout. “Au départ, je cherchais un slogan pour parler de cette campagne électorale un peu dictatoriale. Je me suis inspiré des affiches de propagande russe et chinoise. Je suis un grand fan de Stanley Kubrick, et j’ai eu envie de faire de Jack un dictateur suprême.” Une manière de se jouer de l’actualité politique qui lui donne un goût amer.


Les politiques ne changent rien du tout. Et aller vers les extrêmes, ce n’est pas une solution. Certains pensent être les messies en excluant les gens, en édictant des règles anti-liberté.” Il n’est pas encarté, affirme-t-il, d’autant qu’il a “du mal à l’idée de voter pour un président unique“. Les candidats à l’élection présidentielle dont le premier tour a lieu dimanche? “Tous les mêmes, même si je peux peut être me rapprocher plus des idées de Poutou. Mélenchon? C’est un peu un Jack, dans un sens. Il tient un one man show, il s’aime trop. Je pense qu’on ne dirige pas un pays en montrant sa personne, mais en montrant ses idées.

Alors pour dénoncer ça, il dessine ses #JackInvasion et les colle un peu partout. “C’est une catharsis. Une manière pour moi de donner mon avis. Et à chaque fois que je vois des affiches de campagne, je les arrache ou je colle par dessus. J’en ai marre de voir leurs gueules toute la journée.

Après l’élection, il continuera, bien sûr. “Je ne dis pas que j’ai le pouvoir de convaincre les gens. Je suis conscient que ça ne change pas grand chose.” Mais “il y a toujours un message à faire passer“.

Pour suivre Zacharie Bodson sur Instagram, c’est juste .

  •  
  •  
  •