Aujourd’hui, si quelqu’un est pris avec du cannabis sur lui par la police, une lourde procédure se met en place, avec décision d’un tribunal et tout le tralala. Le ministre de l’intérieur Gérard Collomb a annoncé mercredi qu’il va mettre en place dans les prochains mois un allègement de cette procédure. 

Les usagers vont donc être (un peu) moins inquiétés qu’auparavant, si tout se déroule comme le gouvernement l’a prévu. C’était un axe de la campagne d’Emmanuel Macron : désengorger le système judiciaire en simplifiant les procédures pénales des consommateurs de cannabis. Lorsque la mesure entrera en vigueur, les usagers s’en tireront avec une contravention, dont le montant n’a pas encore été rendu public.

Attention, la consommation de stupéfiants reste hors la loi. N’allez pas croire qu’avec cette mesure à venir, s’allumer un joint dans la rue sera anodin. D’autant que l’amende sera très certainement salée. Avis aux 700 000 consommateurs quotidiens en France.

Pour rappel, aujourd’hui, détenir ou consommer du cannabis peut vous coûter jusqu’à 3 750 euros, des travaux d’intérêt général, et une belle mention sur le casier judiciaire qui fait tâche. Depuis 2015, si vous n’avez aucune mention au casier et êtes seulement usager, les policiers peuvent vous proposer de régler une amende. Mais la procédure manque encore de souplesse : la police doit obtenir l’accord du procureur sur le montant de l’amende et faire valider la décision par un juge. L’usager doit ensuite aller régler son dû au à l’officier de police judiciaire.

Reactions GIF - Find & Share on GIPHY

  •  
  •  
  •