Qu’est ce que vous voulez, on ne peut pas tout le temps être sur le podium. La quatrième place, c’est déjà pas mal. Le site de référence Atabula a publié son palmarès des villes où on mange le mieux au restaurant. Pour le guide, la ville s’est réveillée avec l’arrivée d’une nouvelle brassée de chefs jeunes et passionnés. 

Avant, Lille, niveau gastronomie, c’était estaminet-welsh-frites maison, et c’est tout. Depuis quelques années, on sent les prémices d’une période de faste gastronomique. Un peu comme si on avait découvert l’existence d’autres aliments que les patates et le fromage. Bon, ok, on exagère. Mais c’est en gros ce sur quoi s’est basé Atabula pour placer Lille à la quatrième place des villes où il fait bon manger au restaurant, derrière Bordeaux, Paris et Lyon. Contrairement à ces trois villes pour qui la gastronomie est une pratique très bien établie depuis des lustres, détaille Atabula, Lille est un peu parti de rien pour créer une effervescence gustative.

Un engouement relativement nouveau qu’on doit à de jeunes chefs qui, au lieu de faire leurs valises pour aller s’installer dans des villes a priori plus gourmandes ont décidé de créer le mouvement chez eux. Les Florent Ladeyn, Steven Ramon et autres Nicolas Pourcheresse ont beaucoup contribué à cette nouvelle vague, et d’autres restaurants, moins gastro, plus bistrot, ont émergé, embrassant les codes du Nord (la bière, les plats qui réchauffent l’estomac) tout en les réinventant.

 

Résultat, après quelques années à ce tarif : des restaurants à foison dans le centre de la ville, qui proposent autre chose que des welsh et des carbonnades (même si on adore ça, hein. Mais ça fait pas de mal de changer de temps en temps), et même un festival à Saint-Sauveur, Mange Lille ! qui régale tout le monde une fois par an. De la diversité et un appétit des clients pour la jolie cuisine, c’est ce qui manquait à Lille. Le besoin est désormais comblé, et la ville décroche donc une quatrième place bien méritée.

Qu’est ce qu’il lui faudrait pour entrer dans le top 3 ? Certainement quelques étoilés supplémentaires, et de la patience. C’est que les concurrents sont bien installés dans le paysage gastronomique français : Bordeaux et sa culture du vin (qui s’apprécie toujours mieux avec de la bonne nourriture…), Paris et son triangle d’or, Lyon et son surnom de capitale de la gastronomie… Lille a désormais tout le potentiel pour progresser.

  •  
  •  
  •