La polémique a pris une telle ampleur en Belgique que la très sérieuse Commission européenne a dû, dans un communiqué de presse, déclarer officiellement qu’elle n’avait pas l’intention d’interdire la double cuisson des frites. Nous voilà rassurés. 

On vous en parlait y a quelques jours : Ben Weitz, le ministre flamand de la mobilité et du tourisme (et euro-sceptique acharné), s’inquiétait dans un journal belge du potentiel projet de l’Union Européenne de prohiber la double cuisson des frites (seule manière de faire en Belgique) pour prévenir le risque de cancer lié à l’acrylamide. C’est nos copains de La Voix du Nord qui nous l’apprennent : la Commission européenne a publié un communiqué démentant ce projet considéré comme diabolique chez nos voisins (et qui nous concernait aussi, vu que nos friteries utilisent la même technique).

La Commission n’a aucune intention de bannir les frites belges, ni tout autre type de frite“, affirme Margaritis Schinas, porte parole de ladite commission, cité par La Voix. L’idée à l’étude est formulée de manière plus subtile : “Là où c’est possible, les pommes de terre seront blanchies par ébullition.Le texte n’interdit en rien la friture des patates, donc, mais vise à réduire la présence d’acrylamide dans l’alimentation des Européens.

Allez, fausse alerte, tout va bien.

Et comme dirait Arno, le plus belge des rockers, “putain, putain, c’est vachement bien, nous sommes quand même tous des Européens.

  •  
  •  
  •