Justin Bieber débarque à Lille. Le Canadien est en concert, ce samedi, au stade Pierre-Mauroy pour le North Summer Festival. Toujours sympa avec les belieber, Vozer a listé les trois lieux où vous avez une chance de croiser notre blondinet préféré.

En attendant le grand soir et le concert de Justin Bieber dans l’arena du stade Pierre-Mauroy, où faudra-t-il se poster pour obtenir un autographe exclusif de Justin Bieber ou tenter de détrôner Selena Gomez dans le cœur de la star ?

1. L’hôtel Barrière

D’accord, c’est moche. On sait tous que les gens de goût descendent à l’Hermitage Gantois, mais c’est à l’hôtel Barrière que les stars passent la nuit à Lille. Depeche Mode, la délégation canadienne (tiens, tiens…) lors des commémorations de la bataille de Vimy, Johnny Hallyday, c’est toujours là que ça se passe.

Mais n’espérez pas pouvoir fumer une clope avec l’artiste sur le parvis de l’hôtel en regardant passer les voitures sur le boulevard Émile Dubuisson. La plupart du temps, les artistes se contentent du service minimum quand elles ne profitent pas du parking souterrain pour partir sans échanger un mot avec les fans. Tristesse.

2. La patinoire Coliseum d’Amiens

Depuis 2015, les fans du RC Lens le savent bien. Lille — Amiens, ça se fait bien en voiture : même pas 1 h 20 de route. Pourquoi s’enterrer à Amiens pour voir Justin Bieber ? Tout simplement parce que l’interprète de Sorry entretient d’excellentes relations avec l’équipe de hockey des Gothiques d’Amiens. En septembre 2016, Justin Bieber avait déjà revêtu la tenue des Gothiques pour une petite session sur la glace.

Seul hic de ce plan, Justin Bieber est particulièrement pote avec le gardien Mitch O’Keefe qui n’est, selon le Courrier Picard, pas reconduit pour la prochaine saison. De plus, l’équipe a terminé sa saison. Mais l’espoir fait vivre.

3. Loisinord à Nœux-les-Mines

La météo prévoit encore 25 °, ce samedi. Si Justin Bieber ne passe par la patinoire d’Amiens, un membre de son staff ou les équipes de la MEL pourraient lui glisser à l’oreille que la région dispose d’une piste de ski totalement surréaliste. Comment Justin pourrait refuser d’enchaîner les grabs sur cette piste artificielle construite sur quelques milliers de tonnes de résidus de charbon ?
D’autant que c’est le genre d’endroit que les Canadiens se montrent entre eux, en se demandant comment des humains peuvent décemment prétendre skier dans ces conditions. À Vozer, on est déjà prêt à lui offrir l’indispensable boule à neige «Terril» pour se souvenir à jamais de sa descente à Nœux-les-Mines.

  •  
  •  
  •