L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de rendre son rapport sur la couverture et la qualité des services mobiles. Grosse nouveauté, l’Arcep s’est intéressée à la couverture du métro lillois par les quatre opérateurs télécoms.

En attendant l’entrée en service de la 4G dans le métro, prévue début 2018, ça ne passe pas dans le métro lillois. Ou plutôt si… Quelques stations laissent filer les ondes de certains opérateurs. Exception qui n’est pas la règle : la station Lille-Flandres propose de la 4 G aux clients d’Orange. Et les téléphones portables fonctionnent à nouveau quand le métro circule à l’air libre. Une expérience assez pointue, qui nécessite un sens de l’observation et des connaissances approfondies du réseau lillois et des théories de propagation des ondes. Mais ça marche ou ça peut marcher.

Orange en tête de classement

L’Arcep a donc méticuleusement contrôlé l’accessibilité des quatre opérateurs dans le métro lillois. Elle en tire une statistique surprenante. Si vous utilisez Orange, 24,8 % des pages web seront chargées en moins dans 10 secondes dans le métro. Ce pourcentage monte même à 37,9 % si vous empruntez la ligne 1 entre le CHR Calmette — et le stade Pierre-Mauroy. Orange sort donc largement en tête de ces mesures. C’est d’ailleurs cet opérateur qui a été retenu par la MEL pour installer l’équipement qui sera mis en service en 2018 « pour le compte des quatre opérateurs nationaux ».

Free, le mouton noir

Très en retard, SFR suit dans le classement (19 %) talonné par Bouygues Télécom (17,3 %). Et Free dans tout ça ? Mauvaise nouvelle pour les clients de l’opérateur low-cost de Xavier Niel, 8,9 % des pages web sont chargés en moins de 10 secondes dans le métro lillois avec Free. Ce résultat s’explique par la catastrophique couverture de la ligne 2 en 4 G par Free. Seulement 3,5 % des pages sont chargées en 4 G entre Saint-Philibert et le CH Dron. C’est le pire score sur cette ligne.

  •  
  •  
  •