Depuis une semaine des dessins étranges fleurissent à Euralille, en face de la maison de l’architecture (le WAAO). Derrière cette fresque enfantine se cache un festival de lecture et Waii-Waii, une graphiste lilloise.

Vous les avez sûrement remarqués si vous passez régulièrement devant la maison de l’architecture, ce carrefour stratégique où se croisent les milliers de voyageurs de la gare Lille-Europe et les fins gourmets qui se rendent au Burger King ou au Quick. Depuis mercredi dernier, Virgnie et Marion Pédebernade, alias Waii-Waii, dessinent une série d’immeubles colorés aux perspectives complètement folles. Mercredi, en fin d’après-midi, l’œuvre est presque terminée. Deux mètres au-dessus des deux graphistes, à la terrasse du Burger King, on essaye de s’intéresser. « Eh, vous avez besoin d’aide ? », propose un jeune habillé d’un maillot de foot flashy à la mode thaïlandaise.

Marion décline poliment et repart fignoler une grande ligne blanche oblique. Un trait d’union entre deux immeubles biscornus aux couleurs pétantes. « Au début, c’était un peu dur. Quand on commence, cela ne ressemble jamais à rien et cela dérange. Les gens nous abordaient en disant “Mais qu’est-ce que vous faites ? C’est pas beau” Et puis ce n’est pas un quartier facile, tout à l’heure, on a eu des jets de bouteilles en plastique sur nous, raconte-t-elle. Au fur et à mesure que les dessins évoluent, nous avons de plus en plus de compliments. Les enfants jouent à la marelle avec et adorent les couleurs. » C’est d’ailleurs eux qui ont inspiré la fresque. « Je participe souvent à des ateliers et j’adore voir comment les enfants utilisent des perspectives complètement déformées. Il y a une gare Lille-Flandres stylisée, la tour en botte de ski (la tour de Lille), des cheminées d’usine. »

L’opération est menée dans le cadre de Perluette part en ville, du 19 au 26 juillet. Ce festival fait la promotion de la lecture et du livre jeunesse en multipliant les expositions et spectacles dans Lille. Il est ainsi prévu une série de lectures dans les TER de la région (entre le 22 et le 26 juillet) ou encore une visite guidée ludique du quartier d’Euralille (le 26 juillet). Les dessins de Waii-Waii devraient rester un moment devant Euralille. Dans le meilleur des mondes, cette œuvre temporaire va doucement s’effacer avec le temps et les éléments à la manière des fresques spectaculaires de Paul Bloas.