La semaine dernière, Vozer révélait que la vente, sous le manteau, d’emplacements pour la braderie de Lille avait commencé sur Le Bon Coin. La médiatisation de cette première annonce «10 mètres pour 900 euros» a entraîné la disparition de cette dernière. Mais les négos continuent…

« Dix mètres pour 900 euros, sur le boulevard de Liberté. » Jusqu’à ce dimanche, l’on pouvait toujours contacter une certaine Maria, dont le numéro de téléphone était disponible sur leboncoin.fr, pour s’entendre dire qu’il était encore possible de dénicher un emplacement pour la braderie de Lille, même pour un non-Lillois (un étranger, donc).

L’annonce a disparu

Mais la médiatisation de cette annonce par La Voix du Nord et France 3 Hauts-de-France, pendant le week-end, a manifestement entraîné la suppression de la proposition de Maria. Que cela soit sur Le Bon Coin ou dans les bas fonds de Viva Street et de Wannonce, plus connus pour servir de relais aux escort-girls, plus de traces d’une offre ferme pour acheter un emplacement pour la braderie. C’est que la revente de quelques mètres de bitume dans le centre de Lille s’annonce particulièrement compliquée. Dans La Voix du Nord, la ville de Lille a rappelé, par la voix de Jacques Richir, 4e adjoint au maire, que «  « tout contrevenant s’expose à des poursuites et de fortes amendes ». Des contrôles d’identité seront effectués au niveau de la trentaine de points d’accès de la braderie, mais aussi à l’intérieur du périmètre.

 

France 3 Hauts-de-France en vient même à douter. Titrant : « Le marché noir aux emplacements a-t-il vraiment commencé ? » Soulignant que seule l’annonce de « Maria » était visible sur le plus grand bazar virtuel de France. Pour pousser un peu plus loin l’enquête, Vozer a donc posté son annonce en milieu de semaine. Nous aussi, nous cherchons un emplacement. « Y-a-t-il quelqu’un qui pourrait nous aider ? »

« Cette année, il y aura beaucoup moins d’emplacements »

Dans les 48 heures, deux mails nous sont parvenus. Un premier message pour connaître le nombre de mètres dont nous avons besoin et nous faire miroiter un emplacement près de l’église du Sacré-Cœur. Mais attention ! « Cette année, il y aura beaucoup moins d’emplacements », précise notre correspondant. Le lendemain est tombé sur notre boîte un nouveau mail nous expliquant qu’il serait sympa de « partager un emplacement avec quelqu’un qui vend déjà et aurait trop de mètres carrés ». Bref un copain de galère dans notre quête. Nous avons convenu de nous serrer les coudes.
Nouvelle démonstration que les bradeux non-Lillois, exclus de la braderie dans sa nouvelle formule 2017, sont bien décidés à s’inviter. Ils n’attendent plus qu’une faille dans le dispositif…

Update au 1er août : Dans la soirée du 31 juillet, vers 20 h 30, la mairie de Lille a procédé à une campagne de mailing sur Le Bon Coin pour avertir les personnes recherchant un emplacement de la l’illégalité de la démarche.