Le 23 juillet, Vozer annonçait un retard à l’allumage pour le KaraFun Bar lillois, le plus grand bar karaoké d’Europe. Son ouverture est reportée à novembre. Nous vous révélions aussi l’existence de la« Salle Zéro ». Un mystérieux laboratoire du fun, comparable à la Chocolaterie de Willy Wonka. Vozer a eu le droit d’y mettre les pieds pour une petite heure.

Chanteur de salle de bain ou Castafiore, pas de place pour l’hésitation ou la timidité. De la Salle Zéro, celle qui sera répliquée en 16 exemplaires au 8 rue de Rastibonne, s’échappe une musique funky. À peine avez-vous passé la porte que vous vous retrouvez plongé dans une pièce enfumée, éclairée par des projecteurs mini-Led tournoyants… Vous êtes jeté au centre d’une scène de concert ou d’un studio de télé. Au KaraFun Bar, la star, c’est vous. D’ailleurs c’est l’effet recherché.

« Tourner le temps à l’orage…» Les écrans rougeoient et le texte commence à défiler.«Revenir à l’état sauvage…» Les six projecteurs mini-LED encadrent le rond central, puis virevoltent à toute vitesse vers le canapé géant en forme de U qui enserre la scène. Jean-Baptiste Defossez, le boss de Recisio, la maison-mère de KaraFun, écarte les bras et reprend «Il suffira d’une étincelle et d’un mot d’amour, oui pouuuur…». S’interrompant subitement : « Vous avez vu ? Tout est synchronisé. Sur les morceaux populaires, nous avons fait le maximum. Ça s’accélère dans les temps morts de la chanson. Même au Japon, personne ne fait ça ! » D’accord, ça allume le feu.

L’animation de la pièce varie et s’adapte à chaque chanson, en prenant soin de coordonner la couleur des spots aux écrans placés à chaque coin de la salle. Pour la Reine des Neiges, des flocons lumineux envahissent le box. À ce rythme-là, chaque morceau est un nouveau spectacle et il y en a plus de 30 000 au catalogue.

Trent-cinq studios dans le monde produisent des instrumentaux pour KaraFun. La qualité des instrus est impeccable. Fini le temps où un type singeait Michael Jackson avec un synthé casio. Sur l’iPad Pro de la salle Zéro et même directement via son smartphone, l’on peut remanier les morceaux à sa guise. On a fait le test. C’est plutôt pas mal de ralentir le rythme quand il faut chanter Despacito et qu’on ne connaît pas un mot d’espagnol. Et pour ceux qui ne maîtrisent pas trop, voire pas du tout les titres, le guide vocal, une petite voix pour vous donner le tempo et la hauteur du chant, vient vous rassurer. Même l’équipe KaraFun l’active parfois. Histoire de balancer des «DES-PA-CITO» même en ayant fait Allemand LV1.

Dans KaraFun Bar, il y a…. bar. Mine de rien, on se retrouve vite avec la gorge un peu sèche après deux heures passées à chanter à tue-tête. Le deuxième iPad Pro de la pièce est là pour ça. Installé près de la porte, il permet de passer commande. Il y a même un mode sans alcool pour les enfants. De toute façon, ils n’ont pas besoin de ça pour devenir complètement hystériques. La sélection musicale est largement suffisante. Vous pouvez chanter tous les Disney que vous voulez et même les Kids United. Une pression sur l’iPad et …« ON ÉCRIT SUR LES MURS LE NOM DE CEUX QU’ON AIME….», se mettent illico à hurler les enceintes. Alors que Violaine Verhée, la future gérante du bar, nous raconte que lors des derniers essais avec la progéniture des salariés de l’entreprise (douze ans d’âge), les responsables de la salle Zéro ont retrouvé une horde d’enfants sauvages hurlant à pleins poumons dans les micros, le nez à deux centimètres de l’écran géant. On imagine les gosses sortis par les pieds après deux heures à ce rythme-là. «… DES MESSAGES POUR LES JOURS À VENIR»

Pas d’équivalent de Tokyo à Stockholm

Pour dé-ringardiser le karaoké – la marotte de Jean-Baptiste Defossez – la tête pensante de KaraFun s’est transformée en globe-trotter. Capable de parler pendant des heures des différences entre les karaokés japonais et suédois ou de l’ouverture d’un club géant à Miami «avec une sélection de titres en français». Il l’assure : « Avec le KaraFun Bar, nous tenons quelque chose de beaucoup plus festif que tout ce qui se fait ailleurs.» Même le Japon ne peut rivaliser…

Le KaraFun Bar est annoncé comme le plus grand karaoké d’Europe. Il s’étendra sur plus de 600m² et comportera seize salles avec des jauges de 4 à 50 personnes. Il sera en outre doté d’un espace-bar et d’une grande salle qui aura la capacité d’accueillir des concerts. Il devrait proposer des tarifs assez proches de ceux d’un ciné ou d’un bowling. L’ouverture de ce nouveau temple du chant est prévue pour la fin novembre. Il devrait être possible de réserver vos premières sessions dès le 15 novembre.