Ça fait toujours plaisir, une nouvelle expo à la gare Saint-Sauveur. C’est toujours l’occasion d’aller y flâner un après-midi, pluvieux ou non. Pour cet automne, Lille3000 a concocté une expo autour du jeu, en collaboration avec le Centre Pompidou. Visite guidée. 


On vous explique. Cette année, le Centre Pompidou célèbre ses 40 ans d’existence. Pour fêter ça, se sentant généreux, le centre a décidé de s’exporter à droite à gauche en France. Il faut dire qu’il peut partager quelques unes de ses 140 000 œuvres sans se sentir tout nu. A Lille, il prête deux expos : l’une à Saint-Sauveur, qu’on peut déjà visiter, et une qui sera visible au Tri Postal dès le 6 octobre. Les œuvres de la vingtaines d’artistes exposés à Saint-So sont donc toutes issues du Centre Pompidou. Et sont essentiellement vidéographiques.

Des jeux d’enfant, des jeux d’adultes, des pauses récréatives… Les œuvres abordent toutes à leur manière ce rapport que le jeu et le ludique entretiennent avec le temps, ce que les hommes du monde entier font de leur temps libre. Quels rituels reviennent chaque jour, quels moments restent uniques.

Il est parfois difficile de rentrer dans une oeuvre vidéo. Heureusement pour vous, à Saint-Sauveur, depuis longtemps, il existe des médiateurs, qui se promènent dans l’exposition et qui sont là pour vous expliquer telle ou telle installation. Il ne faudra pas hésiter lorsque vous ne comprendrez pas le propos de l’artiste.

Et puis il y a cette oeuvre un peu hallucinante, qui s’étend sur tout le plateau de l’exposition. La gare Saint-Sauveur est une grande habituée des œuvres démesurées, mais là il faut avouer que celle là fait son petit effet. Appelée La Bruja (la sorcière), la création du brésilien Cildo Meireles est tout à fait canon. Dès l’entrée, on la remarque.

De longs fils de coton noir qui viennent du plafond pour former une toile d’araignée géante. Puis le visiteur, lorsqu’il s’enfonce dans l’expo, réalise que l’espèce de tapis noir sur lequel il marche, que ce qui pend des colonnes de ciment du bâtiment, est en fait un gigantesque nœud de ces mêmes fils noirs. Plus il remonte l’expo, plus il y en a. Jusqu’à arriver, tout au bout, dans une pièce à part, à l’origine de ces amas de coton : un balai, posé dans un coin. Aussi simple est efficace que ça. Et vraiment à voir.

L’exposition Jeux, rituels et récréations se tient à la Gare Saint-Sauveur jusqu’au 5 novembre. Comme tout à Saint-Sauveur (sauf la bière), elle est gratuite, et ouverte du mercredi au dimanche de midi à 19 heures. Le site internet qui va bien : Gare Saint-Sauveur.

  •  
  •  
  •