On vous imagine déjà. Vous êtes peinard dans votre appart ou votre colloc, et vous vous laissez vivre entre les cours et les bars. Puis vos parents décident de débarquer de votre Bretagne natale, et Lille prend tout d’un coup une couleur différente : celle d’une ville qu’il va falloir faire visiter à vos parents. Alors que vous ne connaissez que les quartier Vauban et Solfé. On ne panique pas et on lit la suite. 

Avec les cinq monuments qui suivent, vous aurez fait faire une bonne trotte à vos parents, et mine de rien, vous serez passé par tous les endroits qu’il fallait voir. Donc tout va bien, suivez le guide.

  • La citadelle Vauban
    Les mots clés à sortir quand vous vous y rendez : vous êtes au bois de Boulogne, et la citadelle a été construite par Vauban (qu’importe la date exacte, dites XVIIe siècle, ça suffit). Aujourd’hui encore, c’est une base militaire : elle abrite le 43e régiment d’infanterie de ligne. S’il fait beau, vous pouvez toujours faire le tour de l’étoile, qui est assez joli. Et c’est une bonne heure de balade. 
  • L’Hospice Comtesse
    Du coup, vous allez dans le Vieux-Lille, vu qu’il se situe rue de la Monnaie. Perdez les un peu du côté de la rue de la Clé, de la place aux Oignons, de la place Louise-de-Bettignies. Et arrêtez-vous deux secondes devant l’Hospice Comtesse. Les mots clés à sortir pour dire que vous n’avez pas visité que la rue Masséna : la comtesse Jeanne de Flandre a fait construire le bâtiment au XIIIe siècle mais la plupart des murs qu’on voit aujourd’hui datent du XVIIe (il a cramé). C’est resté un hosto jusqu’en 1939. Il est mis en stand-by jusqu’en 1943, où les autorités décident d’en faire un musée. Voilà, et mine de rien, vous avez visité le Vieux-Lille.
  • La porte de Paris
    Vous voilà à traverser le centre ville. Vous pouvez crocheter par la rue de Béthune si ça vous chante. Le shopping avec les parents, ça fait jamais de mal. Vous passez par la rue de Paris, qui n’a rien d’exceptionnel, sauf sa fin donc, sa porte. Les mots clés : la porte est l’un des derniers vestiges des remparts qui entouraient la vieille ville. Classée monument historique, vous pouvez lâcher l’air détaché que Louis XIV himself a commandé cette porte au XVIIe siècle (toujours lui) pour remplacer la porte des malades qui ne le faisait pas rêver. Tournez la tête et regardez le beffroi de la mairie de Lille. Vous pouvez y monter si vous y allez le samedi matin. 
  • La gare Saint-Sauveur 
    Tant que vous êtes dans le coin de l’endroit, prenez donc la route du boulevard Papin (le plus petit du monde, on n’arrive pas à le prouver, mais on en est sûrs), et passez un petit moment à la fraîche dans le parc aux grilles rouges. Dites à vos parents pour faire l’intéressant que c’est Martine Aubry qui a décidé de faire peindre les grilles en rouge. Puis sortez du parc et allez donc à la gare Saint-Sauveur. Les mots clés : ancienne gare de marchandises, elle a été abandonnée en 2003. Mais c’était sans compter sur Martine Aubry, qui a décidé en 2009 d’en faire un lieu de culture accessible à tous et ultra open. Résultat, à part ses consos au Bistrot de Saint-So, tout est gratuit : les expos, les concerts, les jeux de jokari… Tout. 
  • La Vieille Bourse 
    Bah, oui, quand même, la Grand-Place. Vous n’allez quand même pas faire louper ça à vos parents. Faites leurs jeter un coup d’oeil à la colonne de la déesse, au centre de la place, qui commémore le courage des Lillois lors du siège de Lille en 1792. Le siège date du 18e, mais la statue a été érigée en 1845. Puis au bâtiment de La Voix du Nord, journal de la résistance qui squatte là depuis 1944 environ. Puis rentrez dans la Vieille Bourse. Avec un peu de chance, tous les libraires seront au taquet et vous aurez envie d’y rester pour flâner un peu. Sinon, côté culture gé, l’endroit a été le point névralgique de toute l’économie lilloise aux XIXe et XXe siècles, même si elle date de 1651 (pour ne pas dire du XVIIe siècle parce qu’on en a marre de l’écrire). 

Bon, avec tout ça, vous êtes censés avoir bien crapahuté un peu partout dans Lille. Si vous voulez vous faire un resto le soir, la rue de Gand fait toujours son effet, même si la rue des Bouchers est pas mal non plus. On dit ça on dit rien.

  •  
  •  
  •