C’était le 4 décembre  2012. Le Louvre Lens ouvrait ses portes dans une effervescence assez dingue. Après des mois de teasing, de travaux et de suspens, le musée se dévoilait en présence de plein de gens importants, mais surtout des Lensois et Nordistes qui découvraient abasourdis ce musée ultra moderne et surprenant. On le sait parce qu’on y était. 

Et on se souvient très bien avoir été bouche bée lorsqu’on est entrée pour la première fois dans la Galerie du Temps, genre d’immense salle toute en longueur avec rien au mur mais des trésors d’art éparpillés dans une mise en scène qui sert le propos magnifiquement.

Exploring the Louvre-Lens and it’s magnificent gallery.

Une publication partagée par Wheaton Chase (@wheaton_chase) le

Bref, voilà, on avait été bluffé, et charmés par tant de modernisme dans un lieu qui aurait pu être imaginé de manière bien plus traditionnelle.

On rajoute, pour la petite anecdote, que le directeur de l’époque, Xavier Dectot, n’avait rien du conservateur de musée classique. Grand bonhomme aux boucles rebelles de même pas quarante ans, fou d’art et un peu fou tout court, incapable d’énoncer le moindre propos langue de bois, on l’a vu faire une danse de la victoire devant l’affluence des visiteurs le premier jour d’ouverture, ou encore, quelques mois plus tard, participer à une visite de la galerie réservée aux enfants, s’asseoir par terre avec eux et écouter avidement ce que la médiatrice racontait. Avec un directeur aussi rock’n roll, le musée ne pouvait pas mal s’en tirer.

#Repost @camille.dhesdin (@get_repost) ・・・ Moment culture #louvrelens #art #antique

Une publication partagée par Louvre-Lens Museum (@louvrelens) le

Ces cinq dernières années, le Louvre made in bassin minier n’a eu de cesse d’inventer de nouvelles manières de se rendre (véritablement) attractif avec des expositions temporaires assez dingues, on doit bien l’avouer, mais aussi avec le renouvellement régulier d’une partie de la collection de la galerie du Temps. On a un peu fait la gueule lorsque l’époustouflant portrait de Baldassare Castiglione peint par Raphaël est reparti à Paris, mais on a été ravis de découvrir la statuette d’un génie balafré, arrivée en 2015 avec d’autre œuvres surprenantes.

Histoire de rester dans le ton, le Louvre Lens a décidé de fêter son cinquième anniversaire avec une vidéo qui sort encore et toujours de la norme. En mettant en scène des ch’tios gamins tous plus choupis les uns que les autres, on ne peut comprendre qu’une chose : le musée a bien l’intention de garder son âme d’enfant. Et on ne va pas le retenir.

Vous voulez aller y faire un tour pour vous en mettre plein les mirettes ? Il y a des trains qui vous y emmènent en moins de trente minutes. Et on vous conseille d’y passer la journée : musée le matin, carbonnade Chez Cathy, juste en face à midi, et promenade sur les terrils jumeaux de la base du 11/19 l’après-midi. Vous ne devriez pas être déçus.