Ils ont une fonction bien précise : la sécurité. Mais ajoutent du gris dans une ville qui n’en pas pas vraiment besoin. Trois collectifs de grapheurs de la région ont été contactés par la ville pour faire de ces blocs de béton des œuvres de street art. 

Trois collectifs, donc : Dr Colors, Epsilone et Traffic-PostGraffiti, qui vont travailler sur les blocs installés dans le centre de Lille, dans les rues piétonnes, place de la République et à la Citadelle. D’ici le 6 décembre, le gris devrait donc avoir disparu sous le coup de bombes colorés des grapheurs.

Dr Colors

C’est le Flow qui coordonne ce projet, et on peut sans problème lui faire confiance : le centre des cultures urbaines est un fin connaisseur du street art régional. On ne saurait que vous conseiller d’ailleurs d’aller faire un tour à l’expo Di(x)Visions, ça vous prouvera ce qu’on avance.

“Sobre, épurée et flashy”

« Pour ce projet, notre choix graphique s’orientera vers une esthétique sobre, épurée et flashy, annonce le collectif Dr Colors.  Jouer avec les formes et les couleurs. Évoquer la nature, l’énergie positive, de manière imagée, pas de figuratif. Il y aura forcément une part d’improvisation en fonction de la disposition des blocs. Nous jouerons avec les rythmes. Nous pensons faire des jeux de couleurs, en dégradés et en aplats. »

Epsilone

Pour vous situer, le projet n’a pas été confié à des perdreaux de l’année : le duo de Dr Colors se fait un malin plaisir depuis un bon bout de temps à colorier les murs les plus gris qu’il trouve sur son passage. L’asso Epsilone, même si elle n’est plus vraiment à présenter, sillonne la métropole à coup d’ateliers, d’expositions et de prestations. Quant au label PostGraffiti, il soutient avec brio les street artists du coin depuis 2012.

On a hâte de voir le résultat, tiens.

Traffic – PostGraffiti

  •  
  •  
  •