Parce que vous croyez peut-être que la marque de pâte à tartiner au choco-noisette et à l’huile de palme est la seule à avoir pensé à mettre du chocolat sur les tartines du matin / goûter ? Dans le Nord, on fait ça depuis des décennies à coup de Pastador. 

On présume, pour ceux qui ont grandi dans le Nord et lisent ces lignes, qu’il y a de la Madeleine de Proust dans l’air. Pour les autres, ouvrez bien vos yeux et poursuivez votre lecture.

Pastador, c’est une épaisse pâte à tartiner au chocolat noir. Elle est née par chez nous aux environs de 1952, et les Nordistes de l’époque se faisaient un plaisir de s’en taper une tartoche tous les matins. Puis en 1990, l’usine a fermé, les Nordistes ont pleuré et Pastador est tombé dans l’oubli. Ou presque. C’était en fait sans compter sur la famille Debourse, qui a eu la géniale idée en 2013 de faire un revival de la marque.

On a retravaillé la recette avec la liste d’ingrédients qu’on a trouvée sur les packagings de l’époque, raconte Jean-Charles Debourse, le père de la famille. On a fait une quarantaine de recettes différentes et on a compté sur la mémoire gustative de fans de Pastador qui nous ont bien aidés. On a remis au goût du jour la recette : il n’y a plus d’huile de palme, mais de l’huile de colza et de tournesol.” Voilà, un peu de travail, un nouveau logo vintage, et Pastador était de retour dans les grandes surfaces du Nord et de Belgique.

Depuis, Pasta-Chocolat Noir a eu deux petits frères : Pastador Chocolat au lait, et Pastador Cassonade-Vergeoise. Que ce soit bien clair pour les lecteurs assidus de Vozer : histoire de ne parler que des choses qu’on connait, on a goûté les trois. Et on valide.

  • 318
  •  
  •