Fêtards lillois, vous ne le savez pas, mais vous êtes quand même bien chouchoutés. Depuis dix ans, l’association Spiritek oeuvre pour que vos soirées soient belles et safe en décernant aux établissements qui le méritent le label Quality Nights.  Les bars estampillés Quality Night à Lille, ce sont ceux qui distribuent des capotes et des éthylotests, et qui ne refusent jamais de vous filer un verre d’eau. 

L’association Spiritek a été créée en 1996 et mène de nombreuses actions dont celle du label Quality Nights. Objectif : réduire les risques liés à l’abus de drogue et d’alcool dans les soirées. « Nous sommes là pour accompagner les usagers dans leur consommation et de ce fait, réduire les risques, explique Georges Joselon, directeur de l’asso. Nous ne nous voulons pas moralisateurs mais plutôt porteurs d’un message. » En France et en Belgique, 100 établissements et événements ont ce label, dont 23 à Lille et dans sa métropole.

Georges Joselon, directeur de l’asso Spiritek, informe et accompagne les usagers de drogues afin de réduire les risques.

Comment un bar peut-il être labellisé ?

Pour qu’un bar décroche le label il doit remplir plusieurs critères.  L’eau doit être gratuite et à disposition des clients : « On ne le dira jamais assez mais l’eau est très importante lors de consommation d’alcool puisque le corps est déshydraté. L’idéal serait d’alterner un verre d’alcool avec un verre d’eau, déclare Georges Joselon, mais quoi qu’il en soit, si un fêtard a envie de boire de l’eau, il ne doit pas hésiter à en réclamer. »

Des bouchons d’oreilles doivent également être mis à disposition ainsi que des préservatifs, eux aussi gratuits. De la même façon qu’il est possible de demander des éthylotests soit gratuits, soit à un prix dérisoire. Ces derniers s’accompagnent d’infos sur le retour au domicile listant les numéros des taxis ainsi que les lignes de bus et de métro avec leurs horaires.

Le personnel des bars labellisés est formé aux gestes de premier secours, qu’à la façon de gérer un conflit ou sur les drogues et leurs usages. Dans ces bars, des brochures d’informations sur la santé et des messages d’alerte sur les drogues sont affichés : « Les brochures informent de manière générale sur le sexe, la drogue et l’alcool. »

Chaque année l’asso décerne de nouveaux labels, en moyenne 5 par an. À Lille, on compte, entre autres, le Gastama, le Base Camp, le Moog, l’Aéronef, le Cirque ou encore le Uno’s Bar. Du coup ça met dans un bon mood et ça donne envie de boire une petite bière… avec modération comme toujours.

La page Facebook qui fait attention à vous est ici