C’est qu’on ne l’arrête plus. Le street artist Zacharie Bodson, après avoir mené de front plusieurs expos en fin d’année, présentera dès le 8 février son nouveau projet : Jackliner, ou le voyage de son personnage phare en terres berlinoises. Une expo à voir… au Berliner de la rue Royale, évidemment.

Zach n’aime pas beaucoup le travail mâché, ou pire, le vite fait bien fait. Il aime se casser la tête, imaginer de nouvelles manières de créer, se donner de nouveaux défis, quitte à se mettre en difficulté. Pour son expo au Berliner, il est pratiquement reparti de zéro. “Je ne suis pas très connu, mais je ne veux pas non plus passer pour le petit con qui expose dans un bar. Je veux faire les choses bien.

Le Berliner rend hommage à la ville allemande ? Zach fera une expo sur son histoire et ses influences. Résultat : une vingtaine de toiles créées exclusivement pour cette exposition. “Je n’ai pas fait que du Jack pour cette exposition. La ville s’incorpore bien dans mon travail. Elle est politique, elle est chargée d’histoire, et elle est pleine de street art aussi. L’idée était de m’approprier le thème sans être trop politisé, en évitant le trash inutile des croix gammées et compagnie. Pour faire réfléchir les gens, on peut y aller en douceur.

Zacharie a imaginé son expo en fonction du cadre tout industriel du Berliner.

Résultat ? Des toiles en fond de ciment pour sa série “crack”, ou Jack, avec l’hilarité qu’on lui connait, fait tomber le mur de Berlin. Une série de toiles sur les lieux historiquement mythiques de la ville. Et de grandes toiles où Jack, touriste, fait visiter la ville en mode selfie. “C’est une critique des pratiques touristiques : Berlin est l’une des villes les plus photographiées au monde, et pour autant, ce sont toujours les mêmes photos.” On vous laisse découvrir le reste de l’expo, ce serait dommage de tout vous spoiler avant.

Pour Zacharie, c’est un peu l’expo de la maturité. Son objectif : se professionnaliser. Et prendre de la distance avec l’image qui l’a lancé il y un peu plus d’un an : “Plus que jack, il faut maintenant que je me vende en tant que Zacharie Bodson.” Ça devrait aller.

Rendez-vous le 8 février à partir de 19 heures pour le vernissage, donc. 

  • 87
  • 3
  •