Alors sur Lille, si vous voulez sortir, vous avez comme qui dirait le choix. Vous avez des quartiers entiers où faire la fête, des salles de concert dans toute la métropole et globalement, la ville respire la fête toute l’année. Mais pour le collectif Atmospheяe, un genre, la techno, est sous-représenté. Il entend bien changer ça. 

A là base, on est un groupe de potes“, démarre Antoine Pawlowski, l’un des fondateurs du collectif. “On a toujours participé à des événements techno. Et c’est à ma première rave que je me suis dit qu’il fallait créer quelque chose à Lille.” Lui-même est DJ, tout comme Vincent, aussi membre du collectif. Et ont toutes les difficultés du monde à trouver des lieux dans la métropole où s’organisent de gros events techno dignes de ce nom. “C’est compliqué de trouver des lieux undreground, comme des hangars désaffectés, alors que quand on va en Belgique ou à Paris, on a beaucoup de choix.

Le collectif se lance donc l’année dernière, avec l’intention d’organiser les soirées qui leur manque à Lille. “On a fait notre premier événement le 28 janvier de l’année dernière. On se sent très inspirés par les raves des années 90, poursuit Antoine. Et dans Lille, on est sûrs que ce genre de soirée, c’est possible.” Clair que la ville ne manque pas de grands bâtiments abandonnés. “Mais il faut que le propriétaire soit d’accord, qu’il soit privé ou public…” Et ce n’est pas évident pour le moment. D’autant que le collectif se refuse à organiser des soirées sauvages.

L’idée, c’est de faire en sorte de défaire cette image de drogués qu’ont les gens qui écoutent ou font de la techno, soutient Nicolas, membre d’Atmospheяe. Il faut qu’on fasse ça dans les règles, pour montrer aussi que la techno, c’est une autre manière de faire la fête, mais où tout le monde est le bienvenu. Il y a des étudiants, des avocats, des pères et mères de famille. Tout le monde est là pour la musique.” Une “musique physique“, décrit Vincent, qui n’a rien d’élitiste mais plutôt tout de fédérateur.

Si vous voulez voir de veux yeux ce que le collectif décrit, vous pouvez bloquer la date du 10 mars. Atmospheяe organise une soirée au troisième étage du Smile, qui est une salle séparée du reste de la boite et privative (on y rentre même pas une porte différente), avec un DJ parisien qui donne envie d’aller tester la “danse physique”. Trym n’a que vingt ans mais commence déjà à se faire une belle renommée dans le milieu. Il vous montrera ce qu’il sait faire, tout comme les deux DJ du collectif, Pawlowski et VCL. Vous aurez huit heures pour vous faire une idée. Ça devrait aller.

Atmospheяe : orgueil, le 10 mars au 3 rue Deconynck à Lille. Entrée 6/8 euros. On achète ses billets sur ce site hyperlinké juste là.