Faut pas nous faire des frayeurs comme ça, hein. Annoncer la fermeture en juillet 2017, pour de bon de surcroit, nous faire entamer un genre de deuil, et revenir comme une fleur en mars de l’année suivante. Ca donne de la tension. Bon, allez, réjouissons nous quand même. Le Mag renait de ses cendres.

Vous aussi, ça vous avait mis un coup, quand l’année dernière, le Mag avait annoncé qu’il fermait ? C’était en été, après dix ans de bons et loyaux services musicaux et festifs. Les patrons du Mag étaient un peu fatigués. A quelques occasions, le lieu a rouvert ses portes pour des soirées privées organisées par des intervenants extérieurs. Mais le lieu est resté majoritairement coquille vide. “On décide de garder le lieu pour faire un truc nouveau, raconte un post Facebook sur la page du Mag. Un endroit où on mange, où on danse, où on boit. Les plans sont prêts, les travaux sont sur le point de commencer, et nous apprenons à la rentrée que nous ne pouvons pas faire autre chose qu’une discothèque dans nos locaux pour des raisons administratives.

Jusqu’à ce qu’en février, deux soirées soient organisées par les proprios, comme une prise d’élan avant de (re)sauter dans le grand bain des nuits lilloises pour de bon. Et c’est donc officiel. Le Mag est de retour, pour de bon.

Tous les vendredis, ce sera le Magazine Club tel qu’on le connaît, avec une programmation internationale, des collectifs locaux, entre techno et house, dans un club rafraîchit et repensé pour être plus confortable. Et pour les samedis, on change d’ambiance, on a monté une équipe d’une quinzaine de résidents, dont on vous dévoilera tous les noms dans les jours qui viennent, où il n’y aura plus de barrières musicales : de la house, du disco, de la funk, de la baile funk si nécessaire, et tout ce qui passera par la tête de nos DJs, du moment que ça va dans le sens de la fête.

Les patrons citent Romain Play du Camion Bazar, Wildcake et SupaGroovalistic de Comala Radio, “ou encore Louis, l’un des boss de La Biche et le Renard”, entre autres. “Le mot d’ordre ? La fête, la vraie.

On vous laisse aller vérifier tout ça dès vendredi avec un live d’Antigone ou encore samedi avec la première soirée MagAdore. “De la bonne, de la festive, de la dansante, celle qui fait boire des Vedett IPA accoudé au comptoir avant de se lancer sur le dancefloor, celle qui fait se rencontrer et s’aimer, et celle qui fait attendre le samedi soir dès le dimanche matin. Mag Adore sera toujours gratuit avant 1h, et ce, tous les samedis soirs.” 

Ça promet.

  • 531
  •  
  •