Voilà encore un bonhomme invité à Roubaix ce mardi soir. Artur Mas, l’un des plus fervents défenseurs de l’indépendance catalane viendra raconter ses années de lutte et sa vision de l’avenir.

L’Agora, l’association étudiante qui organise à l’EDHEC des conférences ouvertes à tous, sait choisir ses invités. Avec Artur Mas, c’est le sort de la Catalogne qui sera l’objet de la soirée de mardi. Car le monsieur à l’accent chantant qui sera sur la scène de l’auditorium de l’école de commerce est l’un des architectes de la lutte pour l’indépendance de la Catalogne. Ça en jette un peu ? Ouais.

Artur Mas viendra justifier son parcours, son engagement en faveur de l’indépendance. On peut vous faire un petit résumé de son CV, pour être au taquet le jour J. Artur Mas est élu en 2010 président de la généralité catalane. Il y gère son petit monde tout en ayant quand même une petite idée derrière la tête. En 2013, il décide d’organiser un référendum sur l’indépendance de la Catalogne. Vous pensez bien que le gouvernement à Madrid n’était pas hyper chaud, d’autant que les sondages montraient des chiffres plutôt très positifs à l’égard de l’indépendance.

Bon, voilà, c’est ce qu’il se passe. Les votants en faveur de la Catalogne indépendante sont tout à fait majoritaires (37% des inscrits sont venus voter, 80% ont voté pour le oui). Madrid est pas ravie-ravie. Artur Mas est d’ailleurs condamné début 2017 à deux ans d’interdiction d’exercer une fonction élective pour l’organisation de cette consultation illégale.

Mais ce premier référendum est clairement à l’origine des mouvements pro-indépendance qui ont grossi en 2017, ont amené Carles Puigdemont à proclamer l’indépendance en octobre dernier, avant de la suspendre et de partir pour la Belgique. Puis de se faire arrêter en Allemagne. Puis libérer. Bref.

Artur Mas n’est donc plus élu nulle part (vu qu’il n’a pas le droit), mais porte encore toutes ses convictions, bien sûr, et maintient son soutient à la lutte pour l’indépendance. Il viendra répondre aux questions des membres de l’Agora ce mardi à 18 heures.

L’entrée est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles. Arrivez un peu tôt, donc. Tiens, on vous met le lien vers l’event Facebook