C’est le printemps et il est grand temps de reverdir un peu son balcon. Si en plus vous avez la main verte, alors là, banco ! Direction le Palais Rameau ce week-end pour une énorme vente de plantes à prix riquiqui. Et pour ceux qui font flétrir une fleur rien qu’en la regardant, tentez aussi l’excursion, il y a des cactus et de ateliers pour s’améliorer.

On peut aussi y aller juste pour visiter le Palais Rameau. Le voir envahi de plantes, de fleurs et d’amoureux d’horticulture, c’est plutôt logique quand on sait que c’est exactement pour ça qu’il a été construit en 1878. (Pour en savoir plus historiquement parlant et se la raconter au prochain verre entre potes, c’est par ici)

Avec son énorme serre circulaire, la vente de ce week-end risque d’avoir son petit effet visuel. Côté bourse, vous pouvez y emmenez votre mamie “oursins dans les poches” car elle pourra y trouver la plante tropicale de ses rêves sans débourser plus de 10€.

Cactus, succulentes, plantes d’extérieur… Toute cette verdure sera vendue aux prix uniques de 2€, 5€ ou 10€, parole de Plantes pour tous, le collectif organisateur. Fondé il y a un peu plus d’an par deux paysagistes-concepteurs, il organise des grandes ventes de plantes dans Paris et un peu partout en France. C’est leur deuxième édition à la sauce lilloise : en février dernier, le collectif avait investi les Ateliers Bouchez de Wazemmes pour leur baptême du feu.

Ils reviennent en collab’ avec Haute Bouture mais aussi avec des ateliers plutôt cool pour ceux qui ont du mal à mettre la main dans le terreau : apprendre à rempoter, à faire des suspensions, des couronnes de fleurs ou à composer son terrarium.

Tout ça avec en fond sonore, mais seulement le dimanche, les airs de Playtronica, un collectif de musiciens qui jouent avec les plantes. Ah oui, ce week-end, au Palais Rameau, on ne plaisante pas avec la mise au vert.

Le Palais Rameau se met au vert pendant tout le week-end, de 9 heures à 19 heures. L’entrée est libre et c’est au 39 boulevard Vauban. Pour ceux qui veulent dépenser ce qu’il reste de leurs étrennes en plantes : les paiements c’est avec l’application mobile Lydia ou en espèces.