Depuis deux semaines, de nouvelles pailles vertes ont fait leur arrivée dans les cocktails de Saint-So. Leur particularité ? Être fabriquées en amidon de maïs et donc être biodégradables.

Parce qu’on sait où elles finissent nos pailles plastique à usage unique après une soirée margarita : dans les océans. A Saint-So, Olivier le responsable du bar a fait les comptes et ça lui a fait plutôt peur. “Pour une soirée mojitos, on peut servir jusqu’à 300 verres avec deux pailles dans chaque pour touiller. A la fermeture, on se retrouve avec 600 pailles à jeter pour une seule soirée et devant ce chiffre, on se sent juste mal“.

Depuis un an, le bistrot s’est mis en mode prévention: “On ne donne plus de paille systématiquement mais à la demande, explique Olivier. Et on essaye d’expliquer aux gens pourquoi le soda de leur enfant n’est plus servi avec une paille“.

Mais dans les rangs du bistrot, il y a aussi Ludwig, en charge de la programmation, particulièrement sensible aux questions écologiques. Il lance l’idée d’aller plus loin et d’arrêter complètement les pailles en plastique.

 

via GIPHY

Olivier est partant mais il va quand même falloir trouver une alternative pour boire son mojito sans se coincer une feuille de menthe dans les dents. Les pailles en inox ? C’est le must mais ça coûte 1€ l’unité (contre 0,004€ pour une paille plastique), il faut les laver et on sait très bien que beaucoup vont repartir chez eux avec.

Au bistrot, on continue de chercher un compromis écolo-prix jusqu’à tomber sur la paille en amidon de maïs, végétale donc, et biodégradable en 6 à 9 mois. Elle coûte 0,04€ à l’unité, ça semble le combo parfait. Le plus beau, c’est que le concept sort de huit jeunes cerveaux, ceux de lycéens strasbourgeois qui bossaient sur un projet d’entreprise pour les cours.

A l’oeil, nu, impossible de faire la différence entre la PopStraw (c’est son petit nom) et sa cousine en plastique. Le seul bémol pour Saint-So : elle fond dans les boissons chaudes, donc l’irish coffee à la paille c’est mort. Mais pas de panique, Olivier espère bien trouver une solution très vite.

Si vous voulez acheter des PopStraws pour chez vous, par ici le site