Depuis plusieurs mois, des enseignes lilloises sont vandalisées, victimes d’attaques attribuées à des antispécistes extrêmes encore non-identifiés. Mardi, c’est une fromagerie de Wambrechies qui en a fait les frais, ravivant le ras le bol des artisans, et surtout des bouchers, de la métropole. 

Canard Street, la boucherie l’Esquermoise, la rôtisseries 3 coqs, une poissonnerie… La liste des des enseignes lilloises ayant subi des attaques antispécistes ces derniers mois commence se faire longue. Depuis mardi, on peut même rajouter la Fromagerie Madame de Wambrechies qui a retrouvé sa devanture taguée et brisée.

 

Le commerce se trouve d’ailleurs juste en face du commerce de Laurent Rigaud, président des bouchers du Nord. Coïncidence ? L’artisan préfère ne pas spéculer là-dessus. “Mais peu importe où ils attaquent, le geste et le message de ces militants extrémistes restent les mêmes et doivent être punis juridiquement. Sauf que ce n’est toujours pas le cas”, accuse-t-il.

D’après lui, “le système judiciaire ne suit pas“. “Côté investigation, on ne peut rien dire, on sait que ça bosse et qu’on ne peut décemment pas mettre un gendarme devant chaque fromagerie, boucherie ou poissonnerie de Lille, admet Laurent Rigaud. Mais il manque un maillon dans la chaîne du côté du juridique, c’est toujours à ce niveau là que ça bloque. Pourquoi ? Bonne question“.

Le président des bouchers nordistes compte bien la poser à la fin du mois au préfet avec qui il a rendez-vous. Elle a aussi été posée directement au ministère de l’Intérieur au début du mois : une délégation de bouchers-charcutiers y a été reçue pour faire le point sur ces attaques de plus en plus nombreuses en France.

Les bouchers contre-attaquent

Sauf qu’à Lille, c’est en train de devenir un peu la routine. Même la mairie s’est porté partie civile dans certains cas. Laurent Rigaud promet d’ailleurs que si rien n’est fait au niveau de la justice, les bouchers-charcutiers de la métropole lilloise passeront en mode contre-attaque dès la fin de l’été.

On va aller sur le même terrain que ces militants extrémistes, se battre avec les mêmes armes et aller militer devant des enseignes lilloises qui se revendiquent vegan. Elles ne sont certainement pas fautives, mais on ne peut pas courber l’échine et attendre les bras croisés les prochaines attaques”

Laurent Rigaud 

Le boucher promet qu’il n’a rien contre le veganisme. Du moment que ça reste une affaire de militantisme pacifique. Il pointe tout de même du doigt l’association L214 et sa branche lilloise très active qu’il accuse de “protéger” les noms des auteurs des attaques récentes. “Ils ne sont peut-être pas des militants de cette association, mais ils se connaissent“, dénonce-t-il.

L214 condamne

Une allégation qui passe (forcément) mal à l’asso de défense pour les animaux.

Les gens qui commettent ces actes ne le crient pas sur tous les toits. Si on connaissait les noms, la police les connaîtrait aussi et ce ne serait qu’un secret de polichinelle.”

Brigitte Gothière, porte-parole L214

L’asso se désolidarise aussi totalement de ces attaques “qui clivent plus qu’elles n’ouvrent le dialogue“. “On parle ici de dégradations de commerces alors que nous militons via des manifestations, du dialogue ou encore des dégustations“, ajoute la porte-parole avant de conclure : “L’animal et son bien-être ne sont pas mises en valeur dans ces actions qui ravivent juste le débat vegan versus bouchers“.

Affaire à suivre…