Et oui. En terme de BMX Street, le seul crew “officiel”, c’est eux. 

La scène du BMX à Lille n’est pas très grande, avoue Amalric, membre du CBC. C’est peut-être à cause du froid ou du fait qu’il n’y ait rien pour nous mettre en valeur“. C’est vrai qu’en terme de visibilité, le BMX Street n’est pas au top : on peut compter les spots officiels sur les doigts de la main, il n’y a pas de shops où acheter du bon matos, et les événements sont plus que rares.

Pour acheter du bon matériel, les riders passent par des boutiques d’autres grandes villes françaises comme Paris, Montpellier ou Lyon ou par les Pays-Bas et la Belgique.

Pour les événements, il est toujours possible d’aller voir la compétition internationale de BMX à la Halle de glisse (le Wild Night Contest), mais les amateurs sont rares, la plupart des compétiteurs étant des professionnels reconnus. Certains riders avait l’espoir de voir Sessions Libres renouveler cette année son “BMX Jam” mais ça n’a pas été le cas. “On est en train de préparer quelque chose de notre côté“, tease Vianney, autre membre du crew.