Premier rooftop lillois, vue panoramique… Le Mama Shelter d’Euralille s’annonce très bien

Dans Lille
Scroll par là

Depuis plu­sieurs mois les ouvriers de Naca­rat construisent un nou­vel ensemble, juste en face d’Euralille. Fer de lance du pro­jet Swam, le futur Mama Shel­ter s’annonce déjà comme l’hôtel le plus fou de Lille.

Classe (mais pas trop), gen­ti­ment fes­tif et desi­gn (sans être bling-bling), le Mama Shel­ter de Lille devrait ouvrir fin 2018. Le cin­quième hôtel de la marque en France ras­semble déjà tous les élé­ments d’un gros car­ton :

  • 112 chambres à un tarif pas tota­le­ment inabor­dable. Les prix vont géné­ra­le­ment de 69 euros la nuit à 200 euros. Mama Shel­ter met tou­jours l’accent sur la lite­rie et chaque chambre est dotée d’un Mac avec écran 27 pouces sur lequel il est pos­sible de regar­der gra­tui­te­ment… des films X.
  • Un res­tau­rant de 750 m² dont la carte sera signée par le chef pari­sien Guy Savoy avec quelques spé­cia­li­tés ch’ti.
  • Un bar à cock­tail où il sera pos­sible de brun­cher ou de bien com­men­cer le début de soi­rée. Selon la for­mule de Serge Tri­ga­no, le créa­teur de la marque, « ce n’est pas un hôtel, mais un lieu de fête et de vie. » Une scène devrait aus­si pro­po­ser des concerts et des djmix.


Niveau por­te­feuille, une soi­rée au Mama Shel­ter ne devrait pas riva­li­ser avec le Gas­ta­ma dans le Vieux-Lille, mais le lieu et la vue devrait être net­te­ment plus spec­ta­cu­laires. D’autant que pour ceux qui seraient un peu justes finan­ciè­re­ment, le Swam, le nom de l’ensemble qui abri­te­ra l’hôtel, com­por­te­ra une super pro­me­nade (gra­tuite) avec une vue sur le parc Matisse et le centre de Lille.

D’autres res­tau­rants et com­merces per­met­tront de faire un peu de shop­ping loin de l’at­mo­sphère oppres­sante d’Euralille.

Vozer a volon­tai­re­ment ajou­té un per­son­nage qui n’est ni cadre, ni CSP+, ni l’heureux béné­fi­ciaire de 50 k€ annuels dans les esquisses de Sté­réo­graphe. Sau­rez-vous le retrou­ver ? Un verre est offert aux deux pre­miers qui le repè­re­ront dans toutes les images.