Le Smile s’est pris une fermeture administrative de trois mois

Dans Night Night
Scroll par là

“Le Smile se refait une beauté, réouverture début octobre.” C’est ce qu’on peut lire à l’entrée de la boîte de nuit de Solfé depuis mercredi. Sauf que la vraie raison de cette longue fermeture n’est pas vraiment liée à des travaux d’embellissement. C’est la préfecture qui a décidé de la fermeture de l’établissement après que son patron ait été condamné pour agressions sexuelles. 

Trois mois, c’est long. Mais comme les agressions pour lesquelles le patron du Smile a été condamné à un an de prison avec sursis ont eu lieu dans l’établissement avant et pendant son ouverture, la préfecture a jugé qu’il était nécessaire de prononcer sa fermeture administrative.

Les faits qui lui sont reprochés vont de 2015 à 2017. Il a, sur trois jeunes clientes de sa boite, profité de son statut pour les isoler et leur ordonner de se soumettre à des séances assez humiliantes de jeux sexuels. Le procès a eu lieu en mai, et l’homme n’a pas nié ni fait appel.