Le meilleur du graff lillois est sur le Facebook de Street Art Lille France

Dans Ch'est bieau
Scroll par là

Depuis un mois, Pierre-Alain Baly a repris en main la page Facebook Street Art Lille France. L’air de rien, ce quadra est en train d’en faire la plus complète collection de photos de graff lillois du web.

Il y a des vocations qui vous prennent comme ça, sans prévenir. Pierre-Alain Baly, salarié dans le digital chez Auchan en est persuadé. Il n’a « aucun talent ». « À la base, j’aime beaucoup Invader (des graffs assez géniaux en forme de petits extra-terrestres). Ils avaient disparu à Lille, mais en novembre quelqu’un les a réactivés. Je me suis mis à chercher les cinq Invader lillois. J’en connaissais quatre. Un jour, j’ai découvert le cinquième à côté de chez moi. Je voulais à tout prix le partager. Au même moment, j’ai vu que la page Street Art Lille France cherchait un nouvel administrateur. C’est comme ça que cela a commencé. »

Apparue en 2012, la page a été reboostée par l’arrivée de Pierre-Alain. Depuis, il arpente la ville avec son iPhone. « C’est simple, je m’applique à faire des photos propres et je réhausse les couleurs avec l’application Photos et c’est bon ! ». Consciencieusement, il a aussi commencé à dresser une carte des fresques, graffs, et collages dans Lille.

« Le but est de référencer tout ce qu’on peut voir en street art à Lille », annonce-t-il. Un projet démentiel. À Lille, la scène est particulièrement dense entre les poissons, les legos, les incroyables créations de Zacharie Bodson, Jef Aerosol, les De Gaulle de Mister P… D’autant que « Pab », c’est son nom de photographe, a vite commencé à sortir des frontières lilloises en s’offrant une petite tournée des blockhaus du dunkerquois. « J’ai toujours aimé cet aspect de partage du street art. Des œuvres gratuites, dans la rue, avec parfois des choses vraiment incroyables. », s’enthousiasme-t-il.

Dans la petite communauté lilloise, la page a très rapidement trouvé son public. « On m’envoie parfois des photos, raconte-t-il. Hier soir, je prenais un verre au Society dans le centre. J’ai pris une photo d’un reste d’un collage d’un Winnie l’ourson et quelqu’un est immédiatement venu commenter en me donnant des détails sur l’auteur ». En attendant, une sélection de Pierre-Alain, on vous partage quelques clichés de sa page.