Le yoga aérien va vous mettre la tête à l’envers à la rentrée

Dans Sueur
Scroll par là

À par­tir de sep­tembre, Lille va décou­vrir un nou­veau sport : le fly yoga. Cla­ra Laby, une Lil­loise, ani­ma­trice spor­tive, ter­mine une cam­pagne de crowd­fun­ding sur Ulule pour ouvrir le pre­mier cours de cette dis­ci­pline mécon­nue.

Cla­ra Laby a récol­té un peu plus de 1 000 euros sur les 5 000 qu’elle espère réunir pour lan­cer son cours. Il ne lui reste qu’une poi­gnée d’heures pour ter­mi­ner sa col­lecte, mais la Lil­loise y croit dur et si l’argent n’est pas au ren­dez-vous, elle a déjà son plan B. Son pro­jet ? « Ouvrir le pre­mier cours de yoga aérien au nord de Paris en sep­tembre ». Cette dis­ci­pline vient d’Australie et s’est déve­lop­pée, ces der­nières années, aux États-Unis. Mais sa forme euro­péenne emprunte aus­si au yoga dyna­mique et aux arts du cirque. Une équipe de kiné­si­thé­ra­peutes, psy­cho­mo­tri­ciens et de psy­cho­logues s’est éga­le­ment pen­chée sur la ques­tion.

Concrè­te­ment, il s’agit de réa­li­ser une série de posi­tions, le plus sou­vent la tête à l’envers, dans une sorte de hamac. « On est dans les airs. On a la tête en bas et cela détend vrai­ment la colonne ver­té­brale. C’est bon pour le dos, les arti­cu­la­tions et les hanches. Cela a aus­si beau­coup d’effets sur la diges­tion. Ça peut rendre eupho­rique. On joue beau­coup sur les émo­tions. Mais cela reste du yoga, on redes­cend ensuite faire des exer­cices au sol. »

« Quand j’ai découvert le fly yoga, j’ai eu un flash ! »

À 31 ans, Cla­ra Laby est ani­ma­trice spor­tive et plu­tôt spé­cia­li­sée dans la gym douce. « Je pra­tique le yoga depuis long­temps, explique-t-elle. L’offre est impor­tante à Lille. Je cher­chais quelque chose de nou­veau. Quand j’ai décou­vert le fly yoga, j’ai eu un flash ! C’était ça qui man­quait à Lille. » Le tarif s’annonce tout aus­si doux. Quand un cours clas­sique d’initiation au yoga coûte en moyenne 15 euros, Cla­ra veut pro­po­ser des séances de 75 minutes à 20 euros (avec un tarif dégres­sif pour les abon­ne­ments).


« Je compte com­men­cer avec dix hamacs, annonce-t-elle. Il y a tout un che­mi­ne­ment pour maî­tri­ser le yoga aérien. C’est comme le saut à l’élastique, c’est un vrai tra­vail péda­go­gique de mon côté pour gui­der les gens. C’est une dis­ci­pline qui peut être médi­ta­tive, mais aus­si très dyna­mique. Et puis il y a tous les apports natu­rels du yoga : la sou­plesse, la concen­tra­tion, le tra­vail inté­rieur… »

Si vous vou­lez contac­ter Cla­ra Laby pour suivre le pro­jet ou caler une pre­mière ses­sion. Vous pou­vez uti­li­ser son adresse mail . Vous pou­vez aus­si contri­buer à sa cam­pagne Ulule.

Mots clefs : / Catégorie : Sueur