Code rouge à Euralille : des leurres et des pokémons rares de partout

Dans Geek
Scroll par là

Grosse surprise pour la communauté des joueurs de Pokémon Go. Niantic a annoncé vendredi soir qu’elle libérait des Kangourex et des Zarbis à Euralille (et l’ensemble des centres Unibail-Rodamco). Conséquence : Euralille était blindé de joueurs, ce samedi.

L’opération devrait durer jusqu’au 21 août. Les weekends du 12 août et 19 août devraient être marqués par des renforts de leurres autour des PokéStops. Pour son premier jour, l’événément a eu le mérite de réactiver la communauté Pokémon à un niveau comparable à celui de l’été dernier (rien que ça).

Ce samedi soir, le centre commercial lillois était  envahi par une horde de dresseurs pokémon. Avec leurs énormes batteries externes, ceux-ci ressemblent d’ailleurs de plus en plus à des Ghostbusters.

« Nous avons pu capturer des Zarbis et des Kangourex, témoignent Jonathan et son pote Corentin, dresseurs depuis l’été dernier. D’habitude des Zarbis, il y en a un par semaine dans les très grandes villes. Là, il y en a toutes les trois ou quatre minutes. »

Selon eux, cette opération de Niantic serait au lié au désastre du Chicago Fest. Le 22 juillet, près de 20 000 joueurs s’étaient donné rendez-vous au Grand Park de Chicago pour une journée qui devait être exceptionnelle. Celle-ci a viré au cauchemar quand des problèmes de connexion aux serveurs de la compagnie ont mis fin à cet événement avant même qu’il soit commencé.

Rien de tout cela à Euralille où les dresseurs ont fait une première journée de chasse dantesque. Pour l’occasion Pitbull, dit Pit, administrateur du groupe Facebook Pokémon Go Mons et alentours, est venu avec une partie des fans de sa page : cinquante dresseurs, une dizaine de voitures. « Il n’y a pas tellement de centres Unibail-Rodamco en Belgique, témoigne les Belges Allan et David. Là, il y a plein de leurres et des pokémons légendaires qui changent toutes les semaines. C’est pas mal. Du coup, on a ramené les téléphones d’autres dresseurs de Mons. Pokémon, c’est aussi de l’entraide. » L’opération semble valoir le coup. Vers 19 heures, les deux dresseurs se préparaient à repartir à Mons. L’inventaire bourré de nouveaux pokémons.