Broclist.fr, le site pour ceux qui ne savent pas chiner mais aiment le vintage

Dans Lille
Scroll par là

Marre des grandes enseignes de meubles et de déco ? Fati­gués de trou­ver votre biblio­thèque Billy dans tous les appar­te­ments de vos potes ? Pour se faire un chez soi rien qu’à soi, il n’y a pas mille solu­tions, il faut chi­ner. Broc List se pro­pose de le faire pour ceux qui n’ont pas le cou­rage de faire les bro­cantes le dimanche matin. 

Et c’est vrai que ça peut jouer comme concept. “Ça fonc­tionne comme un site de petites annonces, sauf que ce ne sont pas les ven­deurs qui publient mais les ache­teurs, détaille Faus­tine De Ange­lis, la créa­trice lil­loise avec Pierre Jol­let, du site. Les gens mettent ce qu’ils recherchent avec les dimen­sions et le modèle, leur bud­get maxi­mum, et le lieu de livrai­son.” Les “chas­seurs” ins­crits sur le site vont alors se mettre à la recherche de votre table en aca­jou dans leurs bro­cantes habi­tuelles. S’ils trouvent, ils vous contactent.

Les “chas­seurs”, ce sont des pro­fes­sion­nels comme des par­ti­cu­liers. Ils fixent eux-mêmes les prix. À l’a­che­teur d’ac­cep­ter ou non, bien sûr. “Pour les pros, le site est un biais com­plé­men­taire. Pour les par­ti­cu­liers, c’est un moyen d’ar­ron­dir ses fins de mois. Et il y a le plai­sir de chi­ner!

Faus­tine en sait quelque chose, l’i­dée lui est venue comme ça. “Je fais les bro­cantes depuis tou­jours. Il y a donc beau­coup de meubles de bro­cantes chez moi. Les gens ont com­men­cé à me deman­der de les appe­ler si je trou­vais sur une bro­cante tel ou tel meuble. Je me suis mise à chi­ner pour des potes, et ça m’a plu. Je me suis dit que ça pour­rait en inté­res­ser d’autres.

Le site compte aujourd’­hui un mil­lier d’ins­crits, dont une bonne moi­tié de chas­seurs. Tout y est sécu­ri­sé. “Le paie­ment se fait en ligne. Tant que l’a­che­teur n’a pas reçu son meuble, on ne débloque pas le paie­ment pour le ven­deur. Et Broc’­list prend 10% de com­mis­sion.

On vous conseille bien sûr d’al­ler faire un tour sur le site inter­net. Et la page Face­book, tiens.