Comment une friterie de Saint-Maurice Pellevoisin est devenue «la meilleure frite de Lille»

Dans Food Porn
Scroll par là

C’était LA sur­prise de l’été. Quand il faut dégus­ter une bonne frite, les lec­teurs de Vozer dégainent une bonne adresse : la fri­te­rie des Lilas à Saint-Mau­rice Pel­le­voi­sin. Nous avons vou­lu com­prendre pour­quoi.

À pre­mière vue, la rue Saint-Gabriel n’a rien de remar­quable. Elle compte 119 numé­ros, un lycée pro­fes­sion­nel, une mai­rie de quar­tier, un joli maga­sin de pia­no et… cette fameuse fri­te­rie des Lilas. L’adresse la plus cou­rue des lec­teurs de Vozer est ouverte depuis trois ans.

À 19 ans, Raphaël Beuque a fait le grand saut en rache­tant ce res­to où il venait man­ger lorsqu’il était étu­diant en com­merce au lycée Oza­nam, tout proche. Sans un euro en poche, avec l’aide de ses profs, il a mon­té un dos­sier et réus­si à obte­nir des finan­ce­ments des banques. « On a don­né un coup de jeune à la fri­te­rie, ima­gi­né des menus abor­dables pour les élèves et le bouche-à-oreille a fait le reste, raconte-t-il. Le midi, 90 % de ma clien­tèle est com­po­sée de lycéens. Le soir par contre, il y a des gens de toute la métro­pole qui viennent. » Signe que ça car­tonne : « Un jour, un com­mer­cial mar­seillais est venu chez nous. C’était sa femme qui lui avait don­né l’adresse. Elle la tenait d’une amie… »


La recette du suc­cès ? Elle est plus com­plexe qu’il n’y paraît. D’ac­cord, il y a un peu de mar­ke­ting. En avril der­nier, Raphaël orga­ni­sait un concours pour gagner son poids en frites.

France 3 et La Voix du Nord sont venues voir de quoi il s’agissait. « Le gagnant s’est pré­sen­té la semaine der­nière, rigole-t-il. Ça va, il pèse 67 kilos. » Mais c’est sur­tout en cui­sine que la fri­te­rie des Lilas s’est taillée une petite répu­ta­tion.

De vraies pommes de terre

« On épluche les pommes de terre nous-mêmes, on les coupe nous-mêmes, et on les frit sur place. Ça fait une tonne de patates par semaine. » Aucun sur­ge­lé, pas de pommes de terre sous vide comme le font de nom­breuses fri­te­ries lil­loises. « Je ne fais rien comme un mec qui doit faire des frites. Mes pommes de terre sont fraîches, elles viennent d’un agri­cul­teur de Ques­noy-sur-Deûle. Ce n’est pas de la bintje et je n’en ferais jamais et je ne tra­vaille pas avec de l’huile de boeuf », assure Raphaël. Avec ses huiles végé­tales déro­geant à la tra­di­tion, Raphaël s’est fait connaître auprès des végé­ta­riens et de ceux qui recherchent une bonne frite « halal ».

Pas assez puriste, Raphaël Beuque ? C’est tout le contraire. « Deli­ve­roo et Ube­rEats m’ont pro­po­sé de ser­vir « à empor­ter », mais je ne veux pas vendre de mau­vaises frites aux gens. Elles se ramol­lissent tou­jours lors du trans­port. » Malin, il a ache­té, en décembre, un food-truck que l’on peut réser­ver pour des mariages, des ker­messes ou de gros évé­ne­ments. De quoi trans­for­mer n’im­porte quelle grosse teuf en pur moment de gas­tro­no­mie.

Fri­te­rie des Lilas à Saint-Mau­rice Pel­le­voi­sin, 40 rue Saint-Gabriel. Ouvert de 11 heures à 14 heures et le soir de 19 heures à 22 heures. Fer­mée le same­di et le dimanche midi.