Tristan, « l’Ironman lillois », a atterri à Hawaï pour les championnats du monde de triathlon

Dans Sueur
Scroll par là

Ce mer­cre­di, Tris­tan Beau­fils, étu­diant en méde­cine de 23 ans, a enfin fou­lé le sol de Kai­lua-Kona à Hawaï. Le tri­ath­lo­nien sur­doué va pou­voir se frot­ter aux meilleurs cou­reurs mon­diaux à l’Ironman d’Hawaï.

Après trente-cinq heures d’avion, Tris­tan Beau­fils est enfin arri­vé à Hawaï. Cet été, l’étudiant lil­lois avait frap­pé un grand coup dans le petit monde du tri­ath­lon en se qua­li­fiant pour les cham­pion­nats du monde lors de l’Ironman de Nice. Après le cagnard niçois, il va main­te­nant goû­ter au jet lag (12 heures de déca­lage), au soleil brû­lant, au cli­mat équa­to­rial et à un com­bo de 4 kilo­mètres de nage, 180 km de vélo et 42 km de course à pied. Un cau­che­mar pour le com­mun des mor­tels, un rêve pour Tris­tan.

Le Lil­lois se dit prêt à affron­ter « la crème de la crème » de la caté­go­rie 18–24 ans, same­di. « J’y vais un peu en kami­kaze, s’amuse Tris­tan. Le niveau est très haut. Ça a beau être une course de neuf heures, je ne vais jamais cou­rir seul. Et puis je n’ai jamais été confron­té à un déca­lage horaire aus­si impor­tant ».

Avant de prendre l’avion, Tris­tan s’est ras­su­ré avec quelques der­niers kilo­mètres d’entraînement. Same­di, il s’offrait à nou­veau une petite frite à Bray-Dunes. Un par­cours fami­lier de 157 kilo­mètres à vélo. Dimanche matin, il s’est mis en jambe avec une dizaine de kilo­mètres à la Cita­delle.

View this post on Ins­ta­gram

Sel­fie Bray-Dunes J‑7

A post sha­red by Tris­tan Beau­fils (@from_tristan_to_titan) on

« C’est une approche tota­le­ment dif­fé­rente par rap­port à Nice. Je suis très frais. Je suis à 10 heures d’entraînement au lieu de 25 heures heb­do­ma­daires, explique-t-il. J’ai repris mes études et je révise toute la jour­née pour le concours de l’internat en juin. Je n’ai plus autant de temps que l’année der­nière. » Accom­pa­gné par le Lille-tri­ath­lon dont trois des membres par­ti­ci­pe­ront éga­le­ment à l’Ironman d’Hawaï, Tris­tan a même ten­té de mettre en appli­ca­tion la méthode « faire du vélo d’appartement avec le chauf­fage à fond et une douche brû­lante » pour repro­duire le cli­mat hawaïen. « La semaine der­nière, j’ai essayé. Sans la douche quand même. J’ai fait cinq heures de vélo chez moi. La voi­sine du des­sous, qui venait d’emménager la veille, n’a pas com­pris. Elle est venue me voir au bout de trois heures pour me deman­der d’arrêter. J’ai réus­si à négo­cier deux heures de plus », rigole-t-il.

Un podium ?

Si après Nice, Tris­tan Beau­fils rêvait d’un podium à l’Ironman d’Hawaï, il se fait plus humble à l’approche du jour J. « Je ferais le mieux que je peux et on ver­ra après », jure-t-il aujourd’hui. Mais il a déjà lar­ge­ment démon­tré à Nice qu’il pou­vait créer la sur­prise. Alors go Tris­tan ! Go !