Florent Ladeyn en dit (un peu) plus sur sa prochaine cantine rue Royale

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

La der­nière fois qu’on lui avait posé la ques­tion, c’é­tait pen­dant le fes­ti­val Mange, Lille. Et Florent Ladeyn n’a­vait pas été très bavard sur son pro­jet de res­tau­rant rue Royale. C’est que tout n’é­tait pas encore tout à fait défi­ni. 

Et puis tout d’un coup comme ça, juste avant Noël, le chef fla­mand décide de répondre aux ques­tions de Fine Dining Lovers, un blog qui appar­tient à  San Pel­le­gri­no, l’eau gazeuse. Une inter­view qui le fait par­ler de ses ins­pi­ra­tions, de son enga­ge­ment pour le local, et le fait mai­son… Et puis vient à la presque fin de l’in­ter­view une ques­tion qui nous a fait sur­sau­ter d’ex­ci­ta­tion. Le chef parle de son futur res­tau­rant rue Royale et donne plein de détails, ce qui est chouette, et mérite ample­ment d’être relayé ici.

Sachez donc que le res­tau­rant en ques­tion pren­dra la place de Yamo­to, le res­tau­rant sino-nip­pon de la rue Royale. Ça, on vous l’a­vait déjà appris début sep­tembre. Impa­tient d’in­ves­tir ses locaux, Florent Ladeyn y avait ser­vi des frites et de la bière pen­dant la bra­de­rie. C’est ce qui vient après qui est le plus inté­res­sant : le res­to ser­vi­ra des bons petits plats le midi pour une dizaine d’eu­ros. Et le soir, ce ne sera pas bien cher non plus, et le ser­vice dure­ra de 17h30 à 1h30. Des horaires plus qu’in­di­qués dans une rue qui vit prin­ci­pa­le­ment la nuit, et où les frin­gales vont et viennent à toute heure.

Demi tête de cochon

L’i­dée, c’est de venir man­ger une demi tête de cochon avec une sauce bar­be­cue mai­son, des vraies soupes, de la bonne bière à prix acces­sible”, déclare le chef au blog. Au delà du fait que l’i­dée de la tête de cochon à une heure du mat en sor­tant du Chop­ping est plus que sédui­sante, on aime sur­tout les mots “prix acces­sible”. Parce que lui-même le recon­nait, “tout le monde n’a pas les moyens de s’of­frir un menu à 25 euros au Bloem­pot”, son res­tau­rant gas­tro­no­mique situé à deux pas de là, rue des Bou­chers.

Ce qu’il ne dit pas dans cette inter­view? La date d’ou­ver­ture. But stay tuned, on vous keep pos­ted dès qu’on sait, pin­ky pro­mise. En atten­dant, get rea­dy.

via GIPHY