A vos boas et paillettes : la saison des carnavals est ouverte

Dans Lille
Scroll par là

Vous savez quand même que dans le Nord, on fête le carnaval en grande pompe, hein ? Oubliez vos souvenirs d’enfance si vous venez d’une autre région. Oubliez donc ces moments de gêne quand vous arriviez déguisés à l’école. Le carnaval, dans le Nord, c’est les adultes qui le réussissent le mieux. Et ils font traîner ça dans la durée. 

Prenez Lille et tirez un trait jusqu’à Dunkerque. Le territoire qui se trouve entre les deux s’appelle la Flandre, et dans à peu près chaque patelin, il y a un carnaval. En fait, il y a tellement de carnavaux carnavals qu’on parle de saison. Début janvier – début avril, environ. C’est dire si tout le monde veut le sien. Et si on vous en parle, c’est parce que cette partie de la région est tout à fait accessible en train, que l’événement est digne d’être porté à votre connaissance, et qu’on vous conseille vraiment de faire au moins un carnaval.

Le plus connu ? Dunkerque, évidemment. Il a lieu le 11 février, et promet comme d’habitude de tout dépoter. Mais sachez que les carnavaleux du coin se contentent rarement de ne participer qu’à un événement. Ils enchaînent les bandes et les bals. Il existe même un genre d’expression, les Trois Joyeuses, pour parler de l’espèce de trinité que sont les carnavals de Dunkerque, de la Citadelle et de Rosendaël. Les trois bandes se suivent dans le temps, mais sachez qu’elles sont entourées d’une grosse trentaine d’autres bandes dans toute la région, et on ne vous parle même pas des bals organisés à peu près partout.

Pour ne vous en citer quelques uns, on va parler de la bande de Malo, qui dépote seulement une semaine après les trois joyeuses (le 18 février), en mode quand-y’en-a-plus-y’en-a-encore. Ou encore du bal du printemps, le 3 mars au Kursaal de Dunkerque. Alors là c’est très simple : vous vous déguisez bien comme vous le voulez tant que c’est flashy, kitch, plumeteux et que ça vous rend un peu méconnaissable, et vous allez danser sur vos talons plateforme jusqu’au bout de la nuit. Tentant, hein ?

Allez, un petit dernier pour la route : s’il y a un événement qui demande un peu d’effort mais vous le rend en cent, c’est bien le réveil de Cassel. Le village au haut de son petit mont de Flandre intérieure fait du lundi de Pâques un moment mythique. Le principe est simple : à 6 heures du matin, la fanfare du coin se met en branle et, suivie de quelques centaines de carnavaleux en habits de lumière (qui ne se sont pas couchés, souvent, pour plus de simplicité), déambule dans les rues endormies. C’est beau et émouvant, ça vous prend aux tripes et ça vous met la larmiche à l’oeil, et pas parce que vous vous êtes levés à 4 heures du mat pour voir ça.

Voilà, on vous donne des idées pour sortir de Lille, nous, on est comme ça. Pour le programme complet de la saison des carnavals, on vous conseille d’aller faire un tour sur ce site.