Le Biplan ferme ses portes pour la fin de la saison

Dans Culturons-nous, Lille

© Philippe PAUCHET / La Voix Du Nord

Scroll par là

Pho­to @Philippe Pau­chet / La Voix du Nord

Bon, ça com­mence à faire beau­coup. Le Biplan, après avoir fer­mé plu­sieurs mois pour faire des tra­vaux d’ac­ces­si­bi­li­té, a déci­dé d’an­nu­ler le res­tant de la sai­son. La com­mis­sion de sécu­ri­té a tiqué sur une issue de secours qui n’est pas aux normes.

D’i­ci la fin de la sai­son le 13 juillet, ça fait tout de même une cin­quan­taine de dates annu­lées. “C’est clair que c’est dur, avoue Louise Rugaud, en mis­sion de ser­vice civique en charge de la com­mu­ni­ca­tion au Biplan. Mais c’est le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et les béné­voles qui ont pris la déci­sion, nous n’a­vons pas été contraints.Le lieu qui abrite un théâtre et une salle de concert en sous-sol n’en­vi­sa­geait pas de mettre en dan­ger le public accueilli quatre à cinq soirs par semaine. 

Retour en arrière, deux secondes :  “L’é­té der­nier, on a fait de très gros tra­vaux de mise au normes, raconte Louise. C’é­tait à la demande de la com­mis­sion de sécu­ri­té et d’ac­ces­si­bi­li­té. Notre plan tra­vaux avait été accep­té.” Le Biplan se lance donc dans un chan­tier qui dure plu­sieurs mois, où les marches sont rem­pla­cées par des rampes, où les toi­lettes sont mises au normes, où la taille de la cave est réduite pour cor­res­pondre au nombre max de per­sonnes accep­tées pour les concerts… “Mer­cre­di der­nier, la com­mis­sion est repas­sée, c’est une obli­ga­tion légale. Et il y a tou­jours un pro­blème qui per­siste au niveau d’une issue de secours.” En gros, les portes de l’is­sue incri­mi­née, qui donnent sur le hall de l’im­meuble voi­sin, ne battent pas dans le bon sens. 

On est en train de cher­cher des solu­tions pour amé­na­ger une autre sor­tie de secours. On tra­vaille acti­ve­ment à ça actuel­le­ment.” Mais en atten­dant, le Biplan n’ac­cueille­ra pas de public. “On ne pren­dra aucun risque, c’est une ques­tion morale.” Le temps de trou­ver la solu­tion, de faire les devis, puis les tra­vaux, puis de refaire pas­ser la com­mis­sion, la sai­son sera déjà ter­mi­née.

Notre objec­tif est d’ou­vrir en sep­tembre, pour la sai­son 2018–2019. Mais on reste moti­vés, avec une équipe de béné­voles qui nous sou­tient à fond.” Le Biplan, en 20 ans d’exis­tence, en a vu d’autres. Ce n’est qu’une tur­bu­lence.