Séries Mania : ce qui a bien marché, ce qui était moins funky

Dans Lille
Scroll par là

Dix jours de festival, plusieurs lieux investis dans la ville, une programmation officielle, des événements tout à fait gratuits… La première édition de Séries Mania version lilloise s’est achevée samedi soir par une cérémonie de clôture un peu plus fun que celle qui avait ouvert le festival. On a décidé de vous lister ce qu’on en retiendra.

Le Tri Po, c’était bien, mais un peu cheap

Le point névralgique, le lieu où tout était censé se passer, c’était le Tri Postal. Le festival avait annoncé tout un tas d’activités pour passer du bon temps. L’escape game spécial The Walking Dead a été un franc succès, tout comme les casques de VR, mais on a été plus circonspects quand on a vu l’aspect des “ambiances de séries” recréées. Si on ne nous avait pas dit que c’était la reconstitution du Central Perk de Friends, par exemple, on n’aurait pas deviné : 

Voilà, en toute honnêteté, on a trouvé tout ça un brin cheap.  D’autant que le Tri Po, c’est vraiment chouette, mais on a regretté que la grand-place ne soit pas un peu mieux utilisée par le festival. C’est peut être parce que c’étaient les vacances, mais la ville n’a pas bouillonné de monde venu de partout non plus.

Des servantes écarlates dans les rues de Lille

C’était le premier samedi, le jour du shopping dans les rues de Lille. Il faisait beau, et c’était un jour comme un autre en avril 2018. Jusqu’au moment où les gens ont commencé à flipper légèrement lorsque quatre servantes écarlates sont sorties se dégourdir les jambes l’air de rien dans les rues du centre. Ça a clairement mis une ambiance un brin angoissante. Mais c’était un super moment, qui teasait la diffusion des deux premiers épisodes de la dernière saison le soir même.

Les cérémonies officielles, c’est bien, avec du monde, c’est mieux

Deux cérémonies, une d’ouverture, l’autre de clôture, au Nouveau Siècle à chaque fois. Il y avait un genre de tapis rouge avec les célébrités qui défilaient, dont les lunettes d’Isabelle Adjani en surprise, mais pas vraiment de foule pour les accueillir. La cérémonie de clôture a été un brin plus fendard que la première, avec un Jonathan Lambert en maître de cérémonie très marrant.

Le Trône de fer à Euralille ? C’était en fait une réplique

On a demandé, on a vérifié. Quand la venue de trône de fer a été annoncée, on s’est dit tout de suite que ce serait l’une des stars du festival. Dans les documents de presse que l’organisation nous a remis, il était question du “mythique trône de fer”. Pendant la conférence de presse de présentation, la patronne du festival, Laurence Herszberg l’a présenté comme le vrai. Et puis un journaliste de La Voix du Nord a tenu à vérifier ces dire, tout de même. Et il s’avère que le trône de fer qui siégeait à Euralille était en fait une réplique. L’une des deux seules répliques officielles approuvées par HBO, mais une réplique quand même. Ca n’a pas empêché les gens de faire la queue pour s’assoir dessus, hein.

Des chouettes rencontres, quand même

Un Patrick Duffy super marrant, un Kad Merad sous amphétamines, des équipes de séries plutôt très accessibles et abordables… C’est clair que c’était chouette de pouvoir rencontrer les gens qu’on voit d’habitude sur notre ordi / télé / portable. Un petit hic : peut être qu’il aurait été de bon ton de gérer les résas autrement : tout affichait complet sur le site internet, mais les séances de rencontres, à l’UGC notamment, se faisaient avec quelques sièges vides.

La soirée de cloture au Tripo en mode Casa de Papel

Heu, ouais, ça a claqué bien comme il faut, on va le dire comme ça. C’était quelque chose, cette soirée. Visuellement, musicalement, l’ambiance était là. Y’a pas à dire, l’équipe du N.A.M.E. festival sait faire le taff proprement.

See y’all next year

Bon, voilà, c’est fini. Il y a eu une mobilisation tout à fait cool des assos et collectifs qui savent faire les choses bien (Collectif Renart, Mange, Lille!, Art Point M…), le Tri Postal et Saint-So ont donné tout ce qu’ils avaient, et on a eu droit à un concentré de séries inédites en avant-première, ce qui fait toujours plaisir. Pour une première édition, disons que c’était pas mal. Du coup, on attend la seconde avec impatience.

Mots clefs : / Catégorie : Lille