Nouveau bar au Peuple-Belge, la Clique ouvre dans quelques semaines

Dans Bière, Lille, Night Night
Scroll par là

Un local vide dans le Vieux-Lille ne le reste jamais long­temps. Cette règle immuable vient encore de se véri­fier. Au coin de la place Louise-de-Bet­ti­gnies et de la rue de la Rapine sié­geait aupa­ra­vant une banque. En juin, il y aura désor­mais un nou­veau bar : la Clique.

Ils sont jeunes, ils sont trois, ils viennent de plein d’u­ni­vers dif­fé­rents et ont déci­dé de chan­ger de vie en ouvrant un bar ensemble. Ça pour­rait être le pitch d’un film qui s’ap­pelle La Clique et qui se finit bien, mais c’est en fait l’his­toire d’Al­ban, Louis et Nico­las, trois Lil­lois qui tra­vaillent actuel­le­ment d’ar­rache-pied à ter­mi­ner le chan­tier de leur bar dans le Vieux-Lille.

Ça fait un an qu’on tra­vaille sur le pro­jet, raconte Nico­las. On avait envie de créer un lieu de vie à Lille.” Ils ont cher­ché un lieu qui leur res­semble, et assez grand pour y ren­trer tous leurs espoirs. Ils ont trou­vé ce local immense (200 m²) à Peuple-Belge, autant dire là où ça se passe.

 

On a trois niveaux : cave, rez-de-chaus­sée et 1er étage.” Dans la cave, des sani­taires que Nico­las pro­met splen­dides, et un bar à chaque niveau. “À l’é­tage, il y aura aus­si la cui­sine. On pour­ra pri­va­ti­ser cet espace pour des groupes.” Une cui­sine, parce que les trois tenan­ciers sou­haitent que les Lil­lois puissent venir man­ger chez eux à midi. “On aura une petite carte qua­li, avec des pro­duits frais.” Le soir, ce sera plus ambiance tapas et planches de frometon/sauciflard qui font tou­jours plai­sir à l’heure de l’a­pé­ro.

Et puis ils ont fait les choses bien : pen­dant cette année de mon­tage de pro­jet, Alban, Louis et Nico­las se sont for­més à la mixo­lo­gie. Ils seront donc en mesure de pro­po­ser une petite dizaine de cock­tail, en plus de six bières en pres­sion, dix bières bou­teilles et d’une carte de vins qui se res­pecte.

Voi­là, on vous a don­né envie d’y aller. Mais La Clique n’est pas encore ouverte, déso. “On fait tout pour ouvrir en juin, pour le Mon­dial et la fête de la musique”, assure Nico­las. Y’a plus qu’à croi­ser les doigts.