Les tas de moules seront de retour à la Braderie de Lille

Dans Braderie de Lille, Lille
Scroll par là

On en sait un peu plus sur le dérou­lé de l’é­di­tion 2018 de la Bra­de­rie de Lille. Exten­sion du péri­mètre et retour des tas de moules sont  au pro­gramme. 

La Bra­de­rie de Lille aura lieu les 1er et 2 sep­tembre. Comme chaque année, le péri­mètre bra­dé sera fer­mé au sta­tion­ne­ment à par­tir du ven­dre­di 31 août, dès 19 heures, jus­qu’au lun­di 3 sep­tembre, 1 heure du mat’. Le sys­tème de lais­ser-pas­ser sera tou­jours de mise. Péri­mètre plus grand, esprit bro­cante et tas de moules dans les rues.

Le retour du traditionnel tas de moules

Une Bra­de­rie de Lille, sans ses tas de moules, c’est pas vrai­ment une Bra­de­rie. Déjà émaillés par la fer­me­ture du célèbre res­tau­rant “Aux Moules”, les visi­teurs se sont retrou­vés l’an­née der­nière face à une place Rihour ampu­tée de son tas de moules. Et c’é­tait comme ça, un peu par­tout dans la capi­tale des Flandres. L’é­di­tion 2018 signe le retour de cette tra­di­tion appré­ciée, et recher­chée, par les tou­ristes et les visi­teurs. Le retour des moules, c’est donc une très très bonne nou­velle.

Je dois dire que l’an­née der­nière j’ai été très cho­quée du prix des moules”, a fait aus­si remar­quer Mar­tine Aubry. Il est vrai que dans cer­tains res­tos, les moules-frites pou­vaient s’é­le­ver à 18€. Elle espère que les com­mer­çants feront un petit effort pour rendre ce plat typique un peu plus acces­sible.

Un périmètre remanié

Le cre­do, c’est aus­si de rec­ti­fier le tir des ratés de la der­nière édi­tion. Les enjeux de sécu­ri­té était tels en 2017 que la bra­de­rie avait per­du un peu de sa saveur. Même si cer­taines mesures ont été saluées par les rive­rains, comme l’ab­sence de ven­deurs pro­fes­sion­nels bou­le­vard de la Liber­té. Ou encore, la fin de vente des stands de nour­ri­ture ama­teur.

Le péri­mètre a été retra­vaillé et modi­fié. Il faut dire que l’an­née der­nière, tout était car­ré et très res­ser­ré puisque 160 poli­ciers muni­ci­paux assu­raient la sécu­ri­té du lieu. Même si le péri­mètre de la bra­de­rie reste her­mé­tique, il s’a­gran­dit à la rue Gam­bet­ta et aux rues adja­centes au Quai du Wault, soit les rues Patou et Boi­leux, mais aus­si à la rue de Bour­gogne. Douze points d’ac­cès seront contrô­lés en per­ma­nence par les agents muni­ci­paux et pla­cés sous sur­veillance poli­cière.

Comme en 2017, une zone géo­gra­phique cor­res­pon­dra à une thé­ma­tique. Genre un “axe de la chine“pour les bro­can­teurs et anti­quaire, du côté du bou­le­vard Louis XIV. D’ailleurs les réser­va­tions com­mencent dès le 11 juin pour les per­sonnes étant dans le péri­mètre. Pour les autres, ils pour­ront s’ins­crire à par­tir du 15 août. Une liste d’at­tente sera éta­blie et les empla­ce­ments seront attri­bués dans la limite des places dis­po­nibles.