Main Square : les dix commandements du parfait festivalier

Dans Article Sponsorisé, Festival, Lille
Scroll par là

Article Spon­so­ri­sé @MainSquareFestival

C’est chaque année la même chose. Vous pre­nez vos places hyper à l’a­vance, vous les ran­gez dans un coin de votre tête et vous n’y pen­sez plus. Et quand vient le moment de bou­ger à Arras, vous n’a­vez rien pré­pa­ré. Heu­reu­se­ment, on est pas­sé par là. Hear hear, les dix com­man­de­ments pour pas­ser un Main Square au poil. 

Votre cashless, vous achèterez avant 

Vous vous êtes garés à per­pète, vous avez mar­ché un bail, et vous voi­là à l’en­trée de la Cita­delle, prêt à la prendre d’as­saut. Mais il vous manque quelque chose, vous vous sen­tez un peu trop léger. C’est en voyant la file d’at­tente pour ache­ter un bra­ce­let cash­less qui vous per­met­tra de tout payer dans l’en­ceinte du fes­ti­val que vous réa­li­sez que votre poi­gnet gauche est tout nu. Pour évi­ter cette désa­gréable situa­tion, une seule solu­tion : com­man­der son bra­ce­let cash­less sur le site du Main Square, et mettre le mon­tant dési­ré des­sus, à l’a­vance aus­si.

Régulièrement, vous vous hydraterez

Oui, il y a de l’eau dans la bière. Mais on vous conseille tout de même d’y aller mol­lo avant la tom­bée de la nuit, et d’al­ter­ner avec de l’eau non mal­tée. Ce n’est pas parce que vous avez votre cash­less au poi­gnet qu’il faut le dégai­ner à tout va, sur­tout si on veut se sou­ve­nir de la tête d’af­fiche du soir.

Au box, vos affaires vous rangerez

Le sac à dos avec de quoi vivre pen­dant trois jours est néces­saire en fes­ti­val, mais pas pri­mor­dial pen­dant les concerts. Cette année, les choses sont bien faites : vous pour­rez ran­ger tout votre petit monde dans un casier sécu­ri­sé, et dan­ser en toute légè­re­té. Le petit plus : vous pour­rez même rechar­ger votre por­table, dans ce casier. Parce que…

Totalement chargé, votre portable sera

Vous savez com­ment c’est grand, le site du Main Square ? Vous savez com­bien il y a d’en­droits où on peut se perdre ou perdre ses potes ? Il y en a qui les cherchent encore. Donc quand on y va à plu­sieurs, on syn­chro­nise ses montres et on garde son télé­phone avec soi. Ça vous évi­te­ra d’ar­pen­ter tout le lieu à la recherche de Ber­trand, Ger­monde, Miche­line et Jacques-Sébas­tien alors que c’est le feu sur la main stage.

Un petit sieston, vous vous octroierez

Sur­tout si vous faites les trois jours. Le tout dans un fes­ti­val, c’est de s’é­cou­ter et de prendre soin de son corps le jour, le même corps qu’on mal­mène le soir venu à coup de pogo et d’é­tha­nol. Ce com­man­de­ment là n’est appli­cable qu’en cas de grand beau. Parce que les pelouses qui vous ten­dront les bras pour faire un petit dodo dans les heures creuses de l’a­près midi enso­leillé seront un champ de gadoue s’il pleut.

Régulièrement, vous vous sustenterez

Dans la même logique que le com­man­de­ment du des­sus, sur le thème “on n’a qu’un corps”. Nour­ris­sez-le, donc. Sur le site du fes­ti­val, vous aurez de quoi choi­sir entre une flo­pée de res­tau­rants ambu­lants en tout genre. Pas d’ex­cuse, il y aura de quoi satis­faire les vian­dards, les végés et les vegans.

Le plan du site, vous gardez dans la poche (ou en mémoire, mais c’est parfois moins fiable)

Une fois de plus, le spot est immense, et vous serez bien content de trou­ver un plan un peu fri­pé et chif­fon­né mais encore lisible au fond de votre poche quand vous aurez besoin de trou­ver les toi­lettes d’ur­gences. Sinon, si vous avez rechar­gé votre por­table, le Main Square a une appli­ca­tion qui fait bien plai­sir vu qu’il y a tout dedans.

Les artistes, vous sélectionnerez avec soin

Il y a qua­rante artistes, vous n’ar­ri­ve­rez pas à tous les voir, ne soyez pas pré­ten­tieux. Soyez prag­ma­tique dans votre sélec­tion : quels sont les artistes que vous avez déjà vus ou que vous pou­vez revoir dans l’an­née ? Quel est le groupe qui vous attire sans savoir pour­quoi ? N’al­lez pas croire. On a par­fois des sur­prises en fes­ti­val : on peut très bien vivre un immense moment d’exal­ta­tion avec un artiste dont vous venez de décou­vrir le nom sur la green room à 15 heures.

D’une scène à l’autre, vous vaquerez

Com­man­de­ment asso­cié au pré­cé­dent, là aus­si. N’ou­bliez jamais la green room. (On se remet à peine du pas­sage de Thy­la­cine l’an­née der­nière. Il fai­sait encore jour, les oiseaux chan­taient, la moi­tié des fes­ti­va­liers cuvaient, dor­maient gen­ti­ment, et le bon­homme, seul sur scène, met­tait le feu). On vous fera dire que les gagnants du trem­plin Main Square squa­te­ront cette scène-là les trois jours, et que c’est le bon moment pour décou­vrir Baas­ta!, Okay Mon­day et Double T. On dit ça, on dit rien.

Tout le weekend, vous vous enjaillerez

N’en per­dez pas une miette.

Article Spon­so­ri­sé @MainSquareFestival