Les concerts de l’Aéronef s’électrisent maintenant à l’énergie 100% renouvelable

Dans C'est green, Lille, Music in my ears
Scroll par là

Joindre l’u­tile à l’a­gréable, c’est tou­jours bon à prendre. Alors aller se faire un bon concert en se disant que ça ne fait pas de mal à la pla­nète, on prend for­cé­ment ! A l’Aé­ro­nef, c’est comme ça que ça marche depuis février : la salle de concert lil­loise a opté pour le live à déve­lop­pe­ment durable. 

Quand on regarde tout le matos élec­trique d’une salle de concert, on se doute bien que la fac­ture d’éner­gie doit être salée à la fin d’une sai­son. A l’Aé­ro, qu’elle soit salée, passe encore, mais que l’éner­gie ne soit pas verte, ça com­men­çait à titiller sérieu­se­ment l’é­quipe.

Comme Rome ne s’est pas construite en un jour, l’Aé­ro­nef n’est pas pas­sé à l’éner­gie verte en 24 heures non plus. Il a fal­lu tes­ter, se ren­sei­gner, se faire aider et, sur­tout, prendre le temps de trou­ver les bonnes solu­tions.

Ça fait déjà cinq ans que l’Aé­ro­nef tra­vaille notre res­pon­sa­bi­li­té sociale et éco­lo­gique, . On sait très bien que notre acti­vi­té est éner­gi­vore mais on ne vou­lait pas non plus aller contre nos valeurs. Le pari, c’est de deve­nir plus res­pon­sable et de se déve­lop­per dura­ble­ment en expé­ri­men­tant plein d’al­ter­na­tives”

Clé­mence, direc­trice de pro­jet à l’Aé­ro

Il y a trois ans, la salle lil­loise se rap­proche d’Ener­coop, un four­nis­seur d’élec­tri­ci­té renou­ve­lable et locale. “C’é­tait l’offre qu’on sou­hai­tait, explique Clé­mence. Sauf qu’on était pas prêts. C’é­tait un gros chan­ge­ment éco­no­mique, il fal­lait d’a­bord qu’on soit plus sobre et effi­cace pour impul­ser une dyna­mique pérenne”.

L’Aé­ro fait alors le choix de pas­ser à 50% éner­gie verte chez EDF et tra­vaille à obte­nir la cer­ti­fi­ca­tion inter­na­tio­nale ISO 20121 qui mêle évé­ne­men­tiel et déve­lop­pe­ment durable. En même temps, elle tra­vaille pen­dant six mois avec des étu­diants ingé­nieurs de l’ISA, (l’é­cole supé­rieure lil­loise en agri­cul­ture, agroa­li­men­taire, envi­ron­ne­ment et pay­sage) pour faire un petit inven­taire éner­gé­tique et cho­per des conseils.

Mul­ti­prises à inter­rup­teur, détec­teurs de mou­ve­ments pour l’é­clai­rage, lom­bri­com­pos­teur, végé­ta­li­sa­tion du patio, récu­pé­ra­tion des petites bou­teilles d’eau enta­mées en bord de scène… L’Aé­ro a inté­gré de nou­veaux éco-gestes au fil des ans. Jus­qu’à pas­ser à la vitesse supé­rieure en février et inté­grer fina­le­ment Ener­coop.

Alors bien sûr niveau lumière et son, vous ne ver­rez aucune dif­fé­rence lors de vos pro­chains concerts. Mais ça fait tou­jours du bien de se faire plai­sir sans culpa­bi­li­ser.