[Les rails sous la ville] Qui donc fait la playlist dans le métro ?

Dans Lille, Transport
Scroll par là

On se posait la question, la dernière fois qu’à Rihour en attendant le métro, on a entendu un titre qu’on n’avait pas entendu depuis des siècles. Qui décide de la programmation musicale sur le réseau Transpole ? La question est simple, la réponse pas tant que ça.

Déjà, parce que la programmation musicale, ce n’est pas vraiment le coeur de métier de Transpole, on vous fera dire. Pour autant, la douce mélodie que vous entendez de 5 heures à minuit passé a été élaborée dans l’unique but de vous rendre le voyage plus agréable. Pas de metal hard core à 6 heures du mat, pas de techno entre midi et deux.Nous avons besoin de plaire à un public très large de toutes générations, avec tous les profils, commente Anne-Sophie Coignard, responsable marketing métro et tramway. L’idée est de passer de la musique agréable pour tout le monde.

Pour ça, Transpole travaille depuis un bail avec Ixidia, une société du coin spécialisée dans le domaine (oui, ça existe). “Transpole donne les grandes orientations, et l’entreprise s’adapte.” Tenez vous bien : tous les dix jours, la playlist de radio métro est actualisée parmi une bibliothèque de 15 000 titres. Les derniers tubes sont ajoutés, et Ixidia veille à ce que la lecture se fasse bien de manière aléatoire : “Vous n’entendrez jamais la même musique si vous prenez le métro tous les matins à 7 heures.” Dans la même logique, vous n’entendrez pas le même genre musical selon l’heure à laquelle vous passez. “Avant sept heures du matin et après 20 heures, nous avons demandé de la musique un peu plus douce, lounge, détente…

Sachez enfin que si vous êtes sur le réseau, que vous entendez une musique qui vous est particulièrement plaisante mais que vous n’avez pas les moyens de dégainer Shazam, Transpole est en mesure de vous dire le nom de l’artiste et du morceau, si vous demandez gentiment.Il y a beaucoup de gens qui font ça“, commente Anne-Sophie.