Les tas de moules de la Braderie vont être recyclés en carrelage

Dans Braderie de Lille, C'est green, Lille, WTF
Scroll par là

Et si le car­re­lage de votre cui­sine était fait avec des coquilles des tas de moules de cette Bra­de­rie 2018 ? Oui oui, vous avez bien lu : du car­re­lage cer­ti­fié à la coquille de moule. Et garan­ti sans l’o­deur.

L’an­nonce du retour des tas de moules nous avait déjà mis en joie, mais là ça dépasse car­ré­ment toutes nos attentes. En par­te­na­riat avec la socié­té lil­loise l’Et­NISI, créée en 2017, la mai­rie de Lille se lance dans une nou­velle ini­tia­tive verte pour l’a­près-Bra­de­rie: la récup’ des tas de coquilles de moules de la place Rihour pour en faire des dalles de car­re­lage durables.

Nos dif­fé­rents car­re­lages sont com­po­sés de plus de 75% de matières usa­gées qui devaient à l’o­ri­gine finir à la décharge”, explique Espé­rance Fen­zy, fon­da­teur de l’Et­NI­SI. Pour créer une dalle made in Bra­de­rie, voi­là la recette : prendre quatre à cinq kilos de coquilles vides broyées, séchées, mélan­gées à du liant (c’est de la colle) et à d’autres matières durables. Faire cuire le tout à moins de cent degrés.

Cette année la socié­té limite la récup’ à la place Rihour. Mais quand on sait que des tonnes de moules sont com­man­dées chaque année par les res­tau­ra­teurs lil­lois pour l’é­vé­ne­ment, on vous laisse ima­gi­ner le nombre d’hec­tares qu’on va pou­voir car­re­ler. “C’est plus que du recy­clage, ajoute le fon­da­teur. On veut valo­ri­ser la matière locale, celle qui a vrai­ment du sens et une his­toire pour les habi­tants de la région. Les tas de moules, ça parle aux lil­lois, ça fait par­tie du patri­moine”. Et c’est rien de le dire.

On sait que vous êtes pres­sés main­te­nant. Mais n’en­le­ver pas votre vieux car­re­lage sans âme tout de suite, car la com­mer­cia­li­sa­tion n’est pas pour main­te­nant. Si vous vou­lez en savoir plus, ren­dez-vous sur leur site.