Pourquoi la MEL retire-t-elle les stickers du street-artist Clet Abraham ?

Dans Dans la rue, Lille, Politique
Scroll par là

Il y a un peu plus d’un mois (nous n’étions pas encore champions du monde, pour vous situer), le street-artist Clet Abraham profitait de sa première visite à Lille pour détourner plusieurs panneaux de signalisation du centre. Depuis le début du mois d’août, certains de ses stickers ont disparu des panneaux. 

Sur la cinquantaine de panneaux détournés par Clet Abraham début juillet, difficile de savoir combien il en reste encore à l’heure actuelle. Depuis deux semaines, les agents de voirie de la Métropole Européenne de Lille (MEL), en ont retirés plusieurs situés rue Esquermoise et dans le reste du Vieux-Lille.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les agents nettoient les panneaux de signalisation de manière régulière, explique la MEL.

Les agents de voirie les ont retirés dans le cadre de leur mission d’entretien de la voirie. Comme le dit la loi, les panneaux de signalisation doivent être compréhensibles et lisibles pour des questions évidentes de sécurité. Le street-art étant par essence un art éphémère, nous espérons que l’artiste ne nous en tiendra pas rigueur.”

Service communication de la MEL

Lors de son passage à Lille, le street-artiste nous avait confié qu’il attendait de voir ce que deviendrait son travail artistique dans la capitale des Flandres. “Des municipalités les retirent, d’autres les laissent et certaines m’invitent même à revenir“, expliquait-il en juillet. A Pont-Croix par exemple, petite ville bretonne, le maire autorise Clet Abraham à continuer son travail et des bénévoles nettoient les panneaux avant son arrivée.

Pour ses œuvres lilloises, “qu’il y en ai moins leur donne de la valeur“, relativise le street-artist. “Détruire ce que j’ai fait en nettoyant les panneaux, parfois sans savoir que c’est mon travail, c’est typique d’une réaction bureaucratique, confie-t-il aujourd’hui. Peut-être feront-ils plus attention maintenant qu’ils savent que c’est du street-art et que, non, ce n’est pas un art plus éphémère qu’un autre“.

A Lille, aucune poursuite à notre connaissance n’a été formulée contre Clet Abraham. La MEL se contente de retirer les stickers lorsque les panneaux doivent être nettoyés.