Il va être possible de devenir actionnaire du futur estaminet Anosteké

Dans Bière, Lille

Photo Edouard BRIDE LA VOIX DU NORD

Scroll par là

Pho­to archives Edouard Bride/La Voix Du Nord 

Action­naire d’un esta­mi­net atta­ché à une bras­se­rie, voi­là un concept inté­res­sant, non ? C’est l’i­dée que les patrons de la bras­se­rie du Pays Fla­mand qui fait la belle Anos­te­ké ont eue pour finan­cer les tra­vaux de son futur lieu de vie. Et tout le monde peut par­ti­ci­per, bien sûr.

Dans la Bras­se­rie his­to­rique du pays Fla­mand de Bla­rin­ghem, il y a une grande salle avec un bar, des tables et des chaises. Un genre de lieu tout à fait convi­vial en l’é­tat qui sert aux sémi­naires et visites. L’i­dée géné­rale des patrons du lieu, c’est de trans­for­mer cette grande pièce en esta­mi­net canon où tout le monde pour­rait venir quand ça lui chante. “Ce qu’on veut, c’est être loca­vore, détaille Adrien Erb, qui porte le pro­jet avec les deux patrons Mat­thieu Lesenne et Oli­vier Duthoit. On y ser­vi­ra des bières spé­ciales, des viandes et des pois­sons locaux. On fera des planches apé­ro avec les fro­mages et les sau­cis­sons qui sont en vente à la bou­tique.

Les tra­vaux vont com­men­cer dans le cou­rant du mois de sep­tembre et devraient s’a­che­ver avant la fin de l’an­née. Et ce qui est chouette, dans ce concept déjà fort sym­pa­thique, c’est que vous pou­vez deve­nir en par­tie pro­prié­taire des lieux. “Il faut encore qu’on voie les détails juri­diques avec notre avo­cat, mais ça devrait pou­voir se faire cou­rant du mois d’oc­tobre”, pour­suit Adrien Erb.

Le prin­cipe, sur le papier, devrait don­ner quelque chose comme ça :

  • Vous ache­tez une ou plu­sieurs actions, disons à 100 euros l’une. Elle est d’emblée défis­ca­li­sée à 25%. Ce qui fait tou­jours plai­sir. Vous êtes aus­si d’emblée pro­prié­taire d’un petit pour­cen­tage de l’es­ta­mi­net. Féli­ci­ta­tions, vous êtes dans le busi­ness.
  • On vous déli­vra très cer­tai­ne­ment une carte de membre des “Anos­te­ké Vriend” qui vous per­met­tra de ne jamais payer votre pre­mière bière.
  • Vous aurez des réduc­tions sur la suite des bières ache­tées dans l’Es­ta­mi­net.
  • L’es­ta­mi­net vous invi­te­ra à des soi­rées spé­ciales rien que pour les action­naires.
  • Si l’es­ta­mi­net marche très fort, l’ac­tion pren­dra bien sûr de la valeur”, pré­cise Adrien.

Voi­là, c’est aus­si simple que ça. “Ça peut être très chouette d’in­vi­ter ses amis ou sa famille dans “son” esta­mi­net, non ?” Tout reste à faire, de la rédac­tion des sta­tuts au bon fonc­tion­ne­ment de la socié­té. “Et il va fal­loir vul­ga­ri­ser au maxi­mum le concept. Pour le moment, les gens à qui on en parle ont un peu de mal à com­prendre com­ment ça fonc­tionne.” L’es­poir des tenan­ciers ? Que 2000 fous de bière et de bonne bouffe adhèrent au pro­jet.

Si vous vous sen­tez concer­nés, la Bras­se­rie a un site inter­net.