Deux étudiants lillois lancent un projet pour ne plus jamais être à court de batterie

Dans Geek, Lille
Scroll par là

Vous aus­si vous avez l’im­pres­sion de char­ger sans cesse votre smart­phone pour qu’au final 4 heures plus tard, la bat­te­rie soit tota­le­ment à plat ? Tous les jours, plu­sieurs mil­liers de per­sonne se retrouvent dans cette galère. Jim­my et Lucas ont peut-être une solu­tion pour remé­dier à ce pro­blème.

Jim­my et Lucas, ce sont deux étu­diants à Poly­tech Lille qui, comme beau­coup, se sont sou­vent arra­chés les che­veux en voyant leur bat­te­rie de smart­phone se déchar­ger à vitesse grand V. Natu­rel­le­ment, ces néo-ingé­nieurs ont eu l’i­dée de conce­voir un pro­to­type qui pour­rait défi­ni­ti­ve­ment mettre un terme à ce pro­blème que l’on vit tous au quo­ti­dien.

Oubliez les bat­te­ries externes qui pèsent une tonne dans votre sac et vos câbles qui, après moult voyages, com­mencent à avoir la vie dure. Les deux jeunes entre­pre­neurs pré­sentent aujourd’­hui leur solu­tion alter­na­tive de recharge qui est le fruit d’un an de recherches et de réflexions.


Les bra­ce­lets et les bat­te­ries externes sont dis­po­nibles dans dif­fé­rents colo­ris et le socle de rechar­ge­ment

Le prin­cipe est d’as­si­mi­ler un geste du quo­ti­dien à la recharge de votre télé­phone. Il se résume en 3 acces­soires :

  • un bra­ce­let au desi­gn épu­ré qui sert de câble de char­ge­ment
  • un socle à induc­tion souple qui sert de char­geur
  • une bat­te­rie externe fine qui vous per­met d’en finir avec le stress du 1% de bat­te­rie.

Vous trou­vez le concept inté­res­sant ? Nous aus­si, d’au­tant que les prix pro­po­sés par les deux jeunes lil­lois sont très attrac­tifs. Il fau­dra dépen­ser 49 euros pour l’en­semble, et le bra­ce­let seul coû­te­ra 19 euros.

Cette ini­tia­tive reste encore au stade de pro­jet a besoin de vous pour voir le jour ! Alors si vous aus­si vous vou­lez don­ner un petit coup de pouce à ces jeunes étu­diants lil­lois n’hé­si­tez pas à aller voir leur site et à suivre leur page Ins­ta­gram. Il est même pos­sible de deve­nir un “ear­ly adop­ters”, soit faire par­tie des pre­miers clients à tes­ter les pro­duits. Le pro­jet sera éga­le­ment pro­po­sé sur la pla­te­forme de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif kicks­tar­ter pour récu­pé­rer des fonds néces­saires afin de per­mettre à cette ingé­nieuse idée d’a­bou­tir.