Platymium, la plateforme lilloise pour réveiller son côté DIY

Dans Ch'est bieau, Geek, Lille
Scroll par là

Le Do It Your­self (DIY pour les intimes), c’est deve­nu un mode de vie, un loi­sir et même une car­rière pour cer­tains. A Lille, on compte des dizaines et des dizaines d’a­te­liers DIY dif­fé­rents. Pour les novices ou les créa­teurs, dif­fi­cile de savoir où cher­cher ou com­ment se faire connaître. Sauf qu’à Lille, nos ingé­nieurs pensent à tout et deux d’entre eux ont mon­té Pla­ty­mium, la pla­te­forme qui recense les ate­liers créa­tifs de toute la métro­pole.

Oh, j’ai­me­rais bien com­men­cer à coudre”. “Ah bah oui mais j’ai­me­rais aus­si tes­ter les ate­liers zéro déchet”. “Rah mais réno­ver des meubles, ça à l’air génial”. Voi­là, bien­ve­nus dans notre monde. Celui où on a plein d’en­vies, pas assez de temps, pas envie de choi­sir et au final… on ne sait tou­jours pas coudre droit et notre vieux meuble à pim­per reste dans le garage à se mor­fondre.

C’est que depuis plu­sieurs années, on ne sait plus où don­ner de la tête dans la longue liste d’a­te­liers DIY dans la métro­pole lil­loise. Enfin, on dit “liste”, alors qu’au final, pour trou­ver THE ate­lier qui nous va, il faut cher­cher, fouiller, deman­der aux copines, ouvrir 36 000 onglets sur notre ordi’. Ce qui est cool, c’est qu’on a beau être per­du, on n’est pas tout seul. Audrey, par exemple, l’é­tait aus­si.

Cette ingé­nieure de 31 ans est une pas­sion­née du DIY. “Sauf que je vou­lais tes­ter plein de trucs dif­fé­rents, je ne vou­lais pas for­cé­ment m’en­ga­ger et au final j’é­tais frus­trée”. Du coup, avec Fabien, un autre ingé­nieur du coin de 29 ans, ils ont eu l’i­dée de créer en 2016 une pla­te­forme entiè­re­ment dédiée au recen­se­ment des ate­liers DIY de la métro­pole lil­loise.

“On a eu l’i­dée après un voyage d’un an en Nou­velle-Zélande et en Aus­tra­lie. Là-bas, le DIY est un mode de vie. On trouve des poteaux élec­triques ? Hop, on en fait un pou­lailler.”

Audrey

Une fois de retour en France, ils étaient tel­le­ment impré­gnés de cette phi­lo­so­phie DIY que l’i­dée de créer un outil encore inexis­tant, un lien entre les pros et les ama­teurs, a com­men­cé à leur trot­ter dans la tête. “Et voi­là, même si on aimait nos jobs res­pec­tifs, on s’est juste dit “allez, pour­quoi pas ?”

En moins d’un an, Audrey, Fabien et Pla­ty­mium, leur pla­te­forme DIY, se font incu­ber à la Plaine Image de Tour­coing, écument les salons de créa­teurs et accueillent leurs pre­miers annon­ceurs en ligne en sep­tembre 2017. “Ils étaient cinq au début, se rap­pelle Audrey. Aujourd’­hui, ils sont une qua­ran­taine de pro­fes­sion­nels à pro­po­ser plus de 80 ate­liers en moyenne sur Pla­ty­mium”. Entre-deux, ils ont raflé le prix de la créa­tion d’en­tre­prise du Lion’s Club, sont deve­nus lau­réat de la MEL et ont des pro­jets plein la tête pour conti­nuer à connec­ter les gens amou­reux du fait-main.

Oui, y’a de quoi de faire sur Lille et il suf­fit main­te­nant d’al­ler sur leur pla­te­forme pour trou­ver son bon­heur à faire soi-même. Un clic, quelques sélec­tions et hop, le tour est joué. On peut même réser­ver en ligne son ate­lier en y payant un acompte de 15%.

Des idées, Audrey et Fabien en ont encore plein les car­tons recy­clés : carte cadeau, expor­ter la pla­te­forme hors de la métro­pole lil­loise ou encore créer des box Pla­ty­mium. Mais s’il est pos­sible de créer une plé­ni­tude de choses cool avec le DIY, l’argent son­nant et tré­bu­chant n’en fait pas encore par­tie. Du coup, le duo a lan­cé son Kiss­Kiss­BanK­Bank il y a quelques semaines pour espé­rer récol­ter 5 000 € et conti­nuer à inves­tir sur cette pla­te­forme à fort poten­tiel.

S’ils arrivent à atteindre les 100 000€ de dons, ils pro­mettent de créer Pla­ty’­Lan­ta, l’île du DIY. Comme on est cer­tains qu’on vient de finir de vous convaincre, go sur leur page pour contri­buer au pro­jet, il reste encore quelques jours avant la clô­ture.