Les planches de “Jazz” peintes par Matisse sont exposées aux Beaux-Arts

Dans Ch'est bieau, Culturons-nous, Lille
Scroll par là

C’est une pièce, dans le (magnifique) sous-sol du Palais des Beaux-Arts. Une pièce, vingt planches. Et une splendide débauche de couleurs, dont seul Henri Matisse avait le secret. Vous avez jusqu’au 14 janvier pour voir ces planches explosives. 

On se la refait. En 1947, un pote de Matisse, Tériade, édite un album appelé Jazz, qui regroupe des planches peintes par Riri himself. Ça parle de cirque, des voyages de Matisse à Tahiti, et plus globalement, ça parle couleur. Pétante, flashy à mort, totalement délirante de perfection. Matisse, on ne vous l’a peut être jamais dit, est le saint-patron des papiers gouachés, le grand maître du bâtonnet de peinture, le manitou de la palette. Ses yeux ne voient pas le monde comme le commun des mortels.

Du coup, quand son pote Tériade lui demande des planches pour un album qui finira par s’appeler Jazz, Matisse sort la grosse artillerie. Plus exactement, il invente une nouvelle technique qui deviendra son blase : le papier gouaché et découpé. Exemples ci-dessous :

Pour la petite histoire, l’album Jazz a été tiré à 100 exemplaires. Matisse a fait don de l’exemplaire n°66 au Palais des Beaux Arts de Lille, en souvenir d’une vieille aventure. Plus de quarante ans auparavant, en 1903, Matisse n’a pas encore l’aura du grand peintre, sa carrière internationale reste à venir. Il a légèrement le seum, et hésite carrément à arrêter la peinture. A cette époque, il se rend à Lille, va au Palais des Beaux-Arts et tombe sur Les Jeunes et Les Vieilles de Goya. C’est devant ces peintures que lui vient la force de persévérer. Il s’en rappellera longtemps, puisque dans ses dédicaces au Palais des Beaux-Arts, il y fait référence à chaque fois. Canon, hein ?

Dans la même salle d’expo, vous trouverez aussi le travail d’illustration qu’il a fait sur Les Lettres d’une Religieuse Portugaise et deux toiles de lin imprimées, parfaitement canons, inspirées de ses voyages à Tahiti, et prêtées par le musée Matisse du Cateau-Cambrésis. Une petite exposition, mais une exposition à faire, on vous le dit comme ça.

Sinon, niveau détails techniques : on est sur une ouverture du Palais des Beaux-Arts tous les jours sauf le mardi de 10 heures à 18 heures (19 heures le dimanche). L’entrée est à 7 euros, 4 euros en tarif réduit mais c’est gratos le premier dimanche de chaque moi. Il existe un site internet qui parle de tout ça.