Gand offre des frites aux jeunes qui n’urinent pas dans la rue

Dans Dans la rue, WTF
Scroll par là

Ne cher­chez plus, on a trou­vé l’his­toire un peu WTF qui va ani­mer vos conver­sa­tions du week-end en ter­rasse. A Gand, la ville a lan­cé une opé­ra­tion jus­qu’au 20 novembre qui consiste à offrir à des jeunes un cor­net de frites s’ils n’urinaient pas sur la voie publique. True sto­ry belge. 

Dit comme ça, on se dit que si les Belges n’exis­taient pas, il fau­drait les inven­ter. Ou que “y’a que les Belges pour faire ça”. Mais atten­dez qu’on vous explique un peu le pour­quoi du com­ment. 

En Bel­gique, et notam­ment dans les villes étu­diantes comme Gand, les murs, trot­toirs, buis­sons ou pou­belles qui servent de toi­lettes publiques en fin de soi­rée, c’est de l’ordre du quo­ti­dien. On connaît ça à Lille aus­si, et fran­che­ment, le len­de­main matin, on sait sent très bien où ça s’est pas­sé.

Pour ten­ter d’en­di­guer le pro­blème, la Bel­gique a ins­tau­ré une amende de 60€ si on vous sur­prend en train d’u­ri­ner sur la voie publique. Mais encore faut-il être pris sur le fait par les auto­ri­tés. Du coup, la mai­rie de Gand qui en avait marre de voir ses rues deve­nir des toi­lettes publiques à chaque fin de soi­rée a eu une idée…

C’est le Figa­ro étu­diant qui nous l’a tra­duite du fla­mand pour nous (Dank u à eux). Le quo­ti­dien explique que ce 10 octobre (mer­cre­di der­nier donc), “la muni­ci­pa­li­té a déci­dé d’offrir à une ving­taine d’étudiants qui vien­draient uri­ner dans les toi­lettes publiques un cor­net de frites”. Com­ment étaient choi­sis les étu­diants ? Pour vous la faire courte, la “dame pipi” de toi­lettes publiques offrait un cor­net de frites toutes les 100 per­sonnes. Le but ? Encou­ra­ger les jeunes à ne pas prendre la rue pour des toi­lettes publiques.

Et ça a mar­ché, même très bien mar­ché. For­cé­ment, la mai­rie s’est dit qu’il fal­lait creu­ser l’i­dée pre­mière. Et voi­là que la cam­pagne “Boete wild­plas­sen = 20 x pak friet” (“Amende pipi sau­vage = 20 paquets de frites”) devrait être éten­due jus­qu’au 20 novembre selon le Figa­ro étu­diant.

La mai­rie est même allée jus­qu’à tour­ner et publier une vidéo pour pro­mou­voir l’o­pé­ra­tion : 

Et sinon, pour info, en France, la dou­lou­reuse s’é­lève à 68€ si vous êtes pris en train de vous “épan­cher” sur la voie publique.