Gand offre des frites aux jeunes qui n’urinent pas dans la rue

Dans Dans la rue, WTF
Scroll par là

Ne cherchez plus, on a trouvé l’histoire un peu WTF qui va animer vos conversations du week-end en terrasse. A Gand, la ville a lancé une opération jusqu’au 20 novembre qui consiste à offrir à des jeunes un cornet de frites s’ils n’urinaient pas sur la voie publique. True story belge. 

Dit comme ça, on se dit que si les Belges n’existaient pas, il faudrait les inventer. Ou que “y’a que les Belges pour faire ça“. Mais attendez qu’on vous explique un peu le pourquoi du comment. 

En Belgique, et notamment dans les villes étudiantes comme Gand, les murs, trottoirs, buissons ou poubelles qui servent de toilettes publiques en fin de soirée, c’est de l’ordre du quotidien. On connaît ça à Lille aussi, et franchement, le lendemain matin, on sait sent très bien où ça s’est passé.

Pour tenter d’endiguer le problème, la Belgique a instauré une amende de 60€ si on vous surprend en train d’uriner sur la voie publique. Mais encore faut-il être pris sur le fait par les autorités. Du coup, la mairie de Gand qui en avait marre de voir ses rues devenir des toilettes publiques à chaque fin de soirée a eu une idée…

C’est le Figaro étudiant qui nous l’a traduite du flamand pour nous (Dank u à eux). Le quotidien explique que ce 10 octobre (mercredi dernier donc), “la municipalité a décidé d’offrir à une vingtaine d’étudiants qui viendraient uriner dans les toilettes publiques un cornet de frites“. Comment étaient choisis les étudiants ? Pour vous la faire courte, la “dame pipi” de toilettes publiques offrait un cornet de frites toutes les 100 personnes. Le but ? Encourager les jeunes à ne pas prendre la rue pour des toilettes publiques.

Et ça a marché, même très bien marché. Forcément, la mairie s’est dit qu’il fallait creuser l’idée première. Et voilà que la campagne “Boete wildplassen = 20 x pak friet” (“Amende pipi sauvage = 20 paquets de frites“) devrait être étendue jusqu’au 20 novembre selon le Figaro étudiant.

La mairie est même allée jusqu’à tourner et publier une vidéo pour promouvoir l’opération : 

Et sinon, pour info, en France, la douloureuse s’élève à 68€ si vous êtes pris en train de vous “épancher” sur la voie publique.